Ap

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Appel contre l’antisémitisme : un ministre turc compare les Français signataires à Daech

Le ministre turc des Affaires européennes s’est emporté dimanche contre le “manifeste des 300 contre le nouvel antisémitisme” appelant à modifier des versets du Coran. Des “barbares” dignes de Daech, a accusé Ömer Çelik.

L’appel remonte à deux semaines mais c’est ce dimanche que le ministre turc des Affaires européennes, en charge des négociations avec l’UE dans le processus d’adhésion, y a répondu ouvertement. Ömer Çelik, membre du parti islamiste du président Recep Tayyip Erdogan, l’AKP, a publié une série de tweets dans lesquels il accuse les signataires d’un manifeste “contre le nouvel antisémitisme” d’avoir une “idéologie barbare”, dressant un parallèle avec les combattants du groupe terroriste Etat islamique.

Ce “manifeste des 300”, publié par Le Parisien le 22 avril, dénonçait une “épuration ethnique à bas bruit” en France et relevaient que des juifs ont ces dernières années été “assassinés – et certains torturés – parce que juifs par des islamistes radicaux”. Les signataires réclamaient notamment “que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés de caducité par les autorités théologiques” de l’islam. Ce texte, à l’initiative de l’ancien directeur de Charlie Hebdo Philippe Val, avait été signé par des personnalités de premier plan comme l’ex-Président Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni-Sarkozy, les anciens Premiers ministres Manuel Valls, Jean-Pierre Raffarin et Bernard Cazeneuve, des personnalités politiques comme Laurent Wauquiez et Christian Estrosi mais aussi des artistes et intellectuels comme Charles Aznavour, Gérard Depardieu, Bernard-Henri Lévy ou Alain Finkielkraut.

Une “affinité idéologique avec Daech”

Mais pour le ministre turc, cet appel est “l’exemple le plus frappant de la violence intellectuelle et de la barbarie” qui peut sévir de la part d’intellectuels et politiques “au coeur de l’Europe”. “Ces gens”, en “première ligne dans le sectarisme”, n’auraient pas pu “montrer plus ouvertement leur affinité idéologique avec Daech”, a poursuivi Ömer Çelik.  “Il est facile d’identifier des liens directs avec Daech. Mais ceux qui se parent d’un tel déguisement intellectuel et politique sont les plus dangereux”, a-t-il insisté dans six tweets successifs au moment du lancement de la campagne électorale en Turquie, pour les élections présidentielle et législatives anticipées du 24 juin.

L’appel en question a été loin de faire l’unanimité en France. De nombreux représentants de l’islam en France se sont élevés contre ce texte évoquant un “antisémitisme musulman”. Et une autre tribune signée par 120 premiers signataires – dont le président de SOS Racisme Dominique Sopo et l’historien Benjamin Stora – et publiée dans Le Monde reprochait également une focalisation “sur le seul antisémitisme des islamistes”. “Non seulement nous ne stigmatisons pas, mais nous avons un certain nombre d’imams qui ont signé avec nous et qui sont eux-mêmes horrifiés par ce qui se passe”, s’était défendu à l’inverse sur France Inter l’essayiste Pascal Bruckner, signataire du premier manifeste.

 

Source : lejdd.fr, 8 mai 2018

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *