Assassinat antisémite de Madame Sarah Halimi: Arrêt de la Cour d’Appel ressenti comme un outrage à la Communauté Juive.

Le BNVCA apprend avec amertume et colère la décision de la Cour d’Appel de ce 19 décembre qui déclare le meurtrier de Sarah Halimi irresponsable pénalement et donc de ne pas le renvoyer en Cour d’Assises.

Nous accueillons cet arrêt avec beaucoup de déception mêlée d’une forte inquiétude car désormais, nous en déduisons qu’en vertu des attendus de ce jugement,

“quiconque peut assassiner un juif, sans craindre d’être sanctionné, il n’aura qu’à se droguer “.

Nous rappelons que Sarah Halimi née Attal a été assassinée par Kobile Traoré son voisin qui, sachant qu’elle était juive, lui a fait subir des tortures atroces, pendant qu’il récitait des versets du Coran ou criait ce slogan islamo terroriste “AllahAkbar ” , avant de la défenestrer vivante.

 Malgré l’évidence des faits reconnus par Traoré, les Magistrats se sont sans cesse interrogés  pour savoir si le criminel était sous ” l’effet d’une bouffée  délirante” durant son crime.

Non le BNVCA persiste à penser que le sieur Traoré aurait du être condamné sévèrement à la prison, à la réclusion criminelle à perpétuité. 

Aucune circonstance atténuante n’aurait du lui être accordée bien au contraire.

Comme nous l’avons fait remarquer à plusieurs reprises lorsque un automobiliste en état ivresse commet un accident mortel sa peine est aggravée  son permis de conduire retiré et annulé, il va en prison.

Et on voudrait nous faire croire que sous l’effet de la drogue un  assassin échapperait à la peine de prison à perpétuité.

En dépit des expertises psychiatriques nous restons convaincus que Traoré n’est pas malade mental.

Dès le début de l’enquête le BNVCA s’était plaint à la Garde des Sceaux et au Procureur de la République de Paris, et fait part de nos observations car nous avions déjà le sentiment que l’instruction tournait plutôt à la décharge de l’assassin.

Il aura fallu  “un bras de fer” entre le Parquet de Paris et la Magistrate chargée de l’Instruction pour que celle-ci admette enfin que l’acte était de nature antisémite.

Nous persistons à considérer qu’un individu intoxiqué, soit à l’alcool, soit au cannabis, soit à une autre drogue, doit être sévèrement sanctionné sans qu’aucune distinction soit faite entre les produits ingérés, et leurs conséquences sur ses agissements criminels.

Cette décision de la Cour d’Appel  va rester une nouvelle tâche indélébile dans l’histoire de l’antisémitisme qui frappe en France depuis 20 ans et qui a tué à de multiples reprises.

2 thoughts on “Assassinat antisémite de Madame Sarah Halimi: Arrêt de la Cour d’Appel ressenti comme un outrage à la Communauté Juive.

  1. Zimner Reply

    Avec tristesse et colère que ce verdict nauséabond avec relent antisemite, ne nous apporte qu’amertume et désillusion quand au devenir du peuple juif.
    Les belles paroles du gouvernement ne sont que fiel et gare à ceux qui croient encore à ces belles paroles mensongères.

  2. Jean-Yves CARFANTAN Reply

    Désormais Macron n’a plus qu’à se taire car après ce verdict les belles paroles qu’il utilise après chaaque crime antisémite aggraveront encore davantage la douleur. Ce pays est fou et sa justice n’est pas immunisée…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *