Bas Rhin : Match Haifa / Strasbourg – Le BNVCA indigné par l’arrêté Préfectoral interdisant les supporters Israéliens de circuler dans certains secteurs de la ville.

Le BNVCA est requis par un grand nombre de correspondants choqués et indignés par l’arrêté pris par le préfet de région grand est à l’occasion du match que joue une équipe de Haïfa à Strasbourg ce jeudi 25 juillet 2019.

La Préfecture du Bas-Rhin a émis ce mercredi un arrêté préfectoral pour encadrer la rencontre. Le document interdit “à toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Maccabi Haïfa FC, ou se comportant comme tel, de circuler ou stationner sur la voie publique”, dans certains secteurs de Strasbourg (gare et alentours, une partie du centre-ville et abords du stade).

Cet arrêté doit être immédiatement annulé. Il ose interdire la simple vue de maillots de Haïfa ou du drapeau israélien sous prétexte de risques causés à l’ordre public et à la sécurité des personnes ainsi que de risques de terrorisme. Cette décision inique est l’hommage de la vertu au vice ! Les supporters de Haïfa, au nombre estimé de 600 ne posent bien sûr aucun problème et ceux qui sont à craindre sont uniquement les antisémites et antisionistes de toutes obédiences qui peuvent perturber la fête sportive à venir. Il convient donc au contraire comme le veut l’usage Républicain d’assurer la sécurité des victimes potentielles et leur permettre de vivre au grand jour. Cet arrêté c’est comme si on fermait les synagogues parce que leur présence énerve certains. Pour les synagogues pour l’heure c’est la protection et l’ouverture qui est assurée mais la décision du Préfet du Bas Rhin laisse augurer l’abandon officiel de la défense de toute activité liée aux juifs ou à Israël sous des prétextes d’ordre public. Cet arrêté doit être annulé. 

Cet arrêté est d’autant plus incompréhensible qu’il y a quelques jours seulement, à Strasbourg comme dans tout le pays des supporters algériens (et français par dizaine de milliers) ont manifesté leur fidélité à l’Algérie avec tous les sigles et bannières de l’Algérie et causé de nombreux incidents parfois graves sans encourir la moindre interdiction.

Il y a donc pour le Préfet du Bas Rhin 2 poids 2 mesures : les supporters algériens (dizaine de milliers) oui, les israéliens (600 seulement qui ont eu l’autorisation) non.

Cet arrêté est perçu comme discriminatoire à l’égard des supporters qui ne sont ni des bandits ni des casseurs.

Nous avons alerté toutes les autorités competentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *