Catégorie : Le Figaro

Arabie saoudite: attaque contre le cimetière non-musulman de Jeddah | Le figaro

Une grenade a été jetée lors d’une cérémonie commémorative du 11-Novembre à laquelle participaient des diplomates français, et occidentaux.

Arabie Saoudite: attaque contre le cimetière non-musulman de Jeddah lors d’une cérémonie commémorative du 11-Novembre

Douze jours après un attentat au couteau contre un garde du consulat de France à Jeddah, une nouvelle attaque a été perpétrée ce mercredi matin lors d’une cérémonie commémorative du 11-Novembre. Une grenade a été jetée par-dessus le mur du cimetière des non-musulmans de la ville portuaire située sur la mer Rouge, selon plusieurs sources contactées en Arabie saoudite par Le Figaro. Elle aurait fait 4 blessés dont un ressortissant grec et un italien, selon un diplomate européen, mais aucun Français. Des gardes saoudiens auraient également été touchés.

La France était-elle encore une fois visée ? « Il s’agit d’un acte isolé, la France n’est pas visée », affirme une source française à Riyad, la capitale. Une autre source diplomatique occidentale ajoute toutefois que c’est la France qui organisait la cérémonie commémorative du 11-Novembre.

 

« Le consul général de France, ceux d’Italie, de Grande-Bretagne, de Grèce et du Liban étaient présents à cette cérémonie, de même que les attachés de défense français et britannique », confie une source sécuritaire. Selon celle-ci, l’assaillant aurait été arrêté. «La France condamne fermement ce lâche attentat que rien ne saurait justifier», a réagi le Quai d’Orsay, en appelant les autorités saoudiennes «à faire toute la lumière» sur cet acte et en «identifier et poursuivre les auteurs».

L’attaque de ce mercredi semble bel et bien être un attentat. Il a pour théâtre une fois de plus Jeddah, la deuxième ville d’Arabie où l’ambiance est relativement plus libérale qu’ailleurs dans le pays. «C’est un triste jour», déclare un expatrié français en Arabie. Le 29 octobre au moment où la basilique de Nice était le théâtre d’un attentat meurtrier, un garde du consulat français de Jeddah était attaqué au couteau par un ressortissant saoudien. Celui-ci fut arrêté peu après par les autorités saoudiennes. Le garde avait été blessé, mais ses jours n’ont pas été mis en danger.

 

«Nous attendons une réaction de l’ambassade de France»

Les autorités du royaume, où règne un islam ultra-conservateur, ont condamné les attentats qui ont ensanglanté la France, ces dernières semaines. Mais dans le même temps, les autorités religieuses saoudiennes ont dénoncé les caricatures du prophète Mahomet publiées par l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

À Jeddah, peu après l’attaque de ce mercredi, le consulat américain a publié un communiqué appelant ses ressortissants à observer la plus grande prudence. L’ambassade de France à Riyad observe le silence. « Nous attendons une réaction de l’ambassade de France », confie un diplomate d’un pays européen, contacté. L’Arabie Saoudite devait accueillir dans dix jours le sommet du G-20, mais en raison de la pandémie de la Covid-19, le rendez-vous annuel des grands de ce monde aura lieu en virtuel par visioconférence.

 

Après les propos d’Emmanuel Macron sur le « séparatisme islamiste » et son engagement à ne pas renoncer aux caricatures, des manifestations anti-français ont éclaté dans de nombreux pays musulmans et des appels à boycotter les produits français ont été lancés. Dans certains pays, le portrait du chef de l’État français a même été incendié.

Pour calmer les choses, Emmanuel Macron s’est livré à un exercice de pédagogie sur la chaîne de télévision qatarienne Al-Jazeera et dans le quotidien britannique Financial Times. Ces derniers jours, Jean-Yves Le Drian le ministre des Affaires étrangères, a effectué une tournée en Égypte et au Maroc pour tenter, là encore, de dissiper les malentendus, répétant que la France n’avait rien contre l’islam.

 

Islamisme : Israël érigé en modèle dans la guerre contre le terrorisme |Le Figaro

Depuis l’attentat de Nice, plusieurs élus français revendiquent l’efficacité du modèle de l’État hébreu dans la lutte contre l’islam radical.

 
Christian Estrosi à Nice, le 3 octobre 2020.
Christian Estrosi à Nice, le 3 octobre 2020. VALERY HACHE / AFP
 

Des États-Unis à Israël. Pendant longtemps, le modèle new-yorkais – «tolérance zéro» -, inspiré du maire de la ville Rudolph Giuliani, était revendiqué en France pour faire face à la hausse de la violence. Mais face à la recrudescence du terrorisme islamiste sur le territoire, c’est désormais l’État hébreu qui est érigé, par de nombreux élus, comme le modèle à imiter pour mener la guerre.

 

Arès l’attentat commis la semaine dernière à la Basilique Notre-Dame de Nice, le maire LR Christian Estrosi a été le premier à citer cet exemple. «Il faut rentrer dans un monde de vigilance. En Israël, chaque citoyen a le devoir de signaler ce qui lui paraît suspect pour protéger l’ensemble de la société», a-t-il indiqué dans un entretien au Figaro . «Il faut faire de chaque Français une vigie. C’est donc une organisation différente de la société dans laquelle il faut rentrer», a-t-il ajouté.

 

Epoux et partenaires se trompent souvent sur ce qui leur appartient en propre ou ce qui est commun

«Il faut un État de droit antiterroriste»

Un constat partagé par le député LR des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti. «Israël est une démocratie qui lutte depuis sa création pour sa survie. Malgré la menace permanente à laquelle elle est confrontée, elle a su maintenir son régime démocratique et triompher de la multitude de ceux qui veulent la détruire. C’est pour moi un modèle dans la lutte contre le terrorisme qui doit nous inspirer», expliquait-il juste après l’attentat qui a fait trois victimes.

Installé dans le débat, l’exemple de l’État hébreu est également repris au-delà des Républicains. «Il faut un État de droit antiterroriste. En Israël, quand un individu est sérieusement soupçonné d’un possible passage à l’acte terroriste, on l’appréhende et on le présente à une juridiction», a fait valoir l’eurodéputé RN Gilbert Collard, sur le plateau de CNews. «Donc l’État de droit intervient et là on apprécie si les risques sont réels ou pas. Mais il y a quand même une alerte qui est donnée. Nous, on ne peut pas le faire.»

«Israël, c’est une démocratie ou une dictature? Une démocratie!»

Dimanche, c’est au tour du président ex-LR des Hauts-de-France et candidat à l’élection présidentielle, Xavier Bertrand d’avoir revendiqué la pertinence du modèle israélien. «Israël qui, depuis longtemps, combat le terrorisme c’est une démocratie ou une dictature?», a-t-il fait mine d’interroger sur le plateau de CNews. Et d’enchaîner : «Une démocratie ! On peut très bien être une démocratie mais savoir se protéger et protéger la population».

Idem pour la présidente ex-LR de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, selon qui les technologies israéliennes de prévention des attentats seraient utiles en France. «Ce qui est certain c’est qu’Israël sait ce que c’est de vivre avec une menace terroriste latente. Ils ont développé, grâce à l’intelligence artificielle, des logiciels de repérage des comportements suspects. Sur ce point-là, ils sont très en avance. On peut apprendre d’Israël sur ces technologies de sécurité et de prévention des attentats», explique au Figaro l’élue francilienne, qui s’était rendue en Israël en 2017.

 

En 2016, Hervé Morin appelait déjà à «’israéliser’ notre sécurité»

L’ancienne ministre, qui plaide notamment pour l’utilisation de la reconnaissance faciale dans les trains d’Île-de-France, a d’ailleurs proposé au gouvernement d’installer un comité éthique avec la région pour travailler sur ce sujet et trouver «un juste équilibre entre l’impératif de sécurisation des réseaux de transports et la préservation des libertés».

Epoux et partenaires se trompent souvent sur ce qui leur appartient en propre ou ce qui est commun

Ce n’est pas la première fois que le modèle israélien est revendiqué par des élus français. Il y a quatre ans, déjà, après le terrible attentat du 14-Juillet à Nice, le président de la région Normandie, Hervé Morin, appelait dans Le Figaro à «‘israéliser’ notre sécurité» pour mettre hors d’état de nuire tous les individus potentiellement dangereux.

https://www.lefigaro.fr/politique/islamisme-israel-erige-en-modele-dans-la-guerre-contre-le-terrorisme-20201102

Le Covid-19 engendre une vague d’antisémitisme dans le monde qui inquiète| Le Figaro.

Le bureau national de vigilance contre l’Antisémitisme a déposé une cinquantaine de plaintes depuis mars pour des actes ou propos antisémites en France. Une hausse également constatée dans plusieurs pays, notamment en Allemagne.

Ces derniers mois, les actes et les paroles antisémites se sont multipliés.
Ces derniers mois, les actes et les paroles antisémites se sont multipliés. PATRICK HERTZOG / AFP

«L’antisémitisme est un virus contagieux». Félix Klein n’avait pas mâché ses mots lorsqu’en avril dernier il alertait sur la montée de l’antisémitisme en Allemagne. «Il y a des liens directs entre l’actuelle propagation du coronavirus et celle de l’antisémitisme», avait alors déclaré le commissaire du gouvernement allemand chargé de l’antisémitisme. Fin juillet, Josef Shuster, le président du Conseil central des Juifs en Allemagne, a pris le relais en exprimant son inquiétude quant à la profusion de théories du complot sur les réseaux sociaux rendant les juifs responsables de la propagation du virus.

Par Laura Andrieu Publié hier à 14:10, mis à jour hier à 19:28

Source:
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/le-covid-19-engendre-une-vague-d-antisemitisme-dans-le-monde-qui-inquiete-20200727