Catégorie : Le Figaro

Pascal Bruckner: «La haine anti-juive prend plusieurs formes»

  1. Actualité
  2. Politique

Par Guillaume Perrault 

INTERVIEW – Le philosophe et romancier Pascal Bruckner réagit à la profanation du cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin). Il analyse ensuite, par ailleurs, ce qu’est l’islamo-gauchisme, qui semble manifeste dans les insultes et les menaces proférées contre le penseur Alain Finkielkraut samedi à Paris.

LE FIGARO. – Quelle réaction vous inspire la profanation des tombes du cimetière juif de Quatzenheim? 

Pascal BRUCKNER. – Quelle que soit l’identité des coupables, toute transgression d’un tabou, comme les vociférations antisémites lors de certains défilés des «gilets jaunes» samedi dernier, donne lieu à un phénomène d’emballement mimétique. Les suiveurs désirent faire parler d’eux à leur tour et accaparer l’attention publique pendant un jour ou deux. Ils se croient en état d’impunité et autorisés à surenchérir. Ils profanent les tombes avec des croix gammées. C’est comme les répliques d’un tremblement de terre, une sorte de réveil de l’abjection. La haine antijuive va ainsi jusqu’à s’en prendre aux morts, comme pour les tuer une seconde fois. 

Il existe différentes variétés d’antisémitisme. Les insultes et les menaces contre Alain Finkielkraut, samedi, à Paris, ont paru relever de ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme. Qu’entend-on par cette expression? 

L’islamo-gauchisme naît avec Michel Foucault en 1979 et son enthousiasme pour la révolution khomeyniste de Téhéran. Après Louis Massignon (1883-1962) et Jacques Berque (1910-1995), Foucault reconnaît la force politique explosive de l’islam renaissant. La date de naissance officielle de l’islamo-gauchisme est la publication en 1994 par Chris Harman, leader du SWP (Socialist Workers Party), le minuscule parti trotskyste anglais, d’un long article intitulé Le Prophète et le prolétariat, où il prône l’alliance entre militants de gauche et associations musulmanes radicales. Il faut selon lui ramener les brebis égarées de l’islamisme et les mobiliser au service de la seule cause qui vaille: la destruction du capitalisme. 

D’emblée c’est une duperie réciproque qui s’installe: tandis qu’une frange d’altermondialistes prônent l’accommodement avec l’islam, les intégristes, déguisés en amis de la tolérance, se servent de la gauche pour avancer leurs pions sous le masque d’une rhétorique progressiste. C’est toute l’histoire de l’alliance tragique de Tariq Ramadan avec la gauche européenne et surtout, en France, avec Mediapart. Double tromperie: les uns soutiennent le voile, au nom de la lutte contre le racisme et le colonialisme. Les autres feignent d’attaquer la mondialisation pour imposer leur version de la foi. 

Le stupéfiant dans ces palinodies, c’est à quel point une certaine gauche est prête à piétiner ses valeurs pour complaire aux barbus: l’égalité homme-femme, le doute salvateur, l’esprit critique, tout ce qui était associé traditionnellement à une position éclairée. L’islamo-gauchisme? La conjonction des ressentiments: une religion en plein désarroi fait alliance avec une gauche en pleine débâcle pour tenter de se sauver l’une par l’autre.

«Ce mariage contre-nature est le fruit d’un constat : l’effondrement total de tous les idéaux de la gauche.»

La fascination d’une certaine extrême gauche pour l’islamisme est-elle ancienne? Comment l’expliquer? Cette fascination a-t-elle évolué?

Ce mariage contre-nature est le fruit d’un constat: l’effondrement total de tous les idéaux de la gauche. L’Union soviétique s’est désintégrée, la classe ouvrière s’est massivement réfugiée chez Marine Le Pen, le tiers-monde embrasse avec enthousiasme l’économie de marché et le consumérisme: pour une fraction du mouvement progressiste, seule la jonction avec le fondamentalisme du Croissant sera l’occasion d’un second souffle. La bigoterie néo-bolchevique des fidèles égarés du marxisme a ceci de touchant qu’elle contraint les militants aux pires contorsions idéologiques. L’islam, cette «religion des opprimés» (Emmanuel Todd), devient le dernier grand récit auquel se raccrocher et qui remplace le communisme, la décolonisation, le panarabisme. La grandeur des musulmans vient de ce qu’ils sont les derniers porteurs de la promesse. 

«Jamais la schizophrénie entre le féminisme et l’antiracisme n’a été aussi marquée.»

Mais à quel prix? Au prix du reniement de soi et de la régression totale. Pour prendre un exemple, on a vu ainsi des féministes pures et dures (Caroline De Haas, Clémentine Autain) et le sociologue Éric Fassin chercher à minimiser le viol, à l’occasion des événements de Cologne le 1er janvier 2016, dès lors qu’il était commis par des immigrés contre des Européennes. Jamais la schizophrénie entre le féminisme et l’antiracisme n’a été aussi marquée. Le mâle en rut n’est coupable que s’il est blanc, hétérosexuel ou occidental. Les autres sont disculpés par avance, par remords postcolonial. Et haro sur les intellectuels arabo-musulmans tels Kamel Daoud ou Boualem Sansal qui osent remettre en cause leur propre religion! 

C’est une même culture de l’excuse qui touche les meurtres de masse: ainsi, les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qui ont fait 130 morts, ont été expliqués par le sociologue Geoffroy de Lagasnerie par le fait que «les terrasses de café sont un des lieux les plus intimidants pour les jeunes des minorités ethniques […] Un espace où l’on n’ose pas s’asseoir, où l’on n’est pas bien accueilli, où l’on n’est pas servi, où, quand on est servi, c’est cher. Un des lieux les plus traumatisants […] Au fond, vous pouvez dire qu’ils ont plaqué des mots djihadistes sur une violence sociale qu’ils ont ressentie quand ils avaient 16 ans». Bref, la gauche est malade du déni: les terroristes, loin d’être des meurtriers, sont des archanges dont les forfaits nous incombent. «Ces monstres sont le produit de notre société. Ce n’est pas l’islam qui a produit ces terroristes. Ces derniers se prétendent de l’islam mais n’ont rien à voir avec l’islam. En revanche, ils sont le produit de toutes les fractures, de toutes les déchirures de notre société»,a écrit le journaliste Edwy Plenel (Bondy Blog, 14 janvier 2015). 

Le discours assimilant Israël à un État raciste pratiquant l’apartheid comme l’Afrique du Sud d’antan est très présent à l’extrême gauche. Pourquoi ces propos sont-ils aussi fréquents dans cette famille de pensée? 

«La haine d’Israël est le principal aphrodisiaque du monde arabe», disait feu le roi Hassan II. Il est aussi le seul fédérateur de toutes ces familles politiques souvent en désaccord. Selon cette vulgate, les Juifs ont perdu tout droit au titre de parias, lequel est désormais l’apanage des Palestiniens. Les musulmans sont devenus les nouveaux Juifs de l’humanité, alors que les Israéliens sont les nouveaux nazis. «Sionisme ADN criminel de l’humanité», criait-on dans les rues de Paris en 2006, «Hitler était sioniste», déclare en 2016 l’ancien maire travailliste de Londres Ken Livingstone. C’est au nom de l’antiracisme et de l’anticolonialisme que l’on condamne l’État hébreu. 

Pour citer un historien italien, Enzo Traverso, depuis la création d’Israël, il est arrivé aux Juifs une malédiction pigmentaire: ils ont «blanchi», ont franchi «la ligne de couleur» et sont devenus «Blancs» c’est-à-dire oppresseurs. Avec la fin de l’antisémitisme, le Juif est entré dans la race supérieure, avec la création d’Israël, il est entré dans la maladie européenne du nationalisme et c’est ce qui l’a perdu. Et tout Juif est comptable de l’existence d’Israël, sauf s’il rompt publiquement avec lui. À ces torrents de sottises, il n’est qu’une réponse: aujourd’hui, l’État d’Israël est la seule zone de paix, de prospérité et de respect des libertés individuelles dans un Moyen-Orient en proie au chaos.

* Auteur de près d’une trentaine d’ouvrages, Pascal Bruckner a notamment publié un essai remarqué, «Un racisme imaginaire. La querelle de l’islamophobie» (Grasset, 2017, 272 p., 19 €).

Kamel Daoud et Boualem Sansal, l’hymne à la liberté de deux écrivains algériens

  1. VOX
  2. Vox Monde

Par Alexandre Devecchio 

RENCONTRE – Adversaires des islamistes et du régime de Bouteflika, les deux plus grands écrivains algériens de leur époque se respectent et s’admirent. Pourtant, ils n’avaient jamais croisé leur regard dans la presse. Pour Le Figaro, ils ont échangé longuement. À propos de l’Algérie, de la France, de l’islam, de l’exil et d’Albert Camus…

Leur première rencontre s’est faite dans les nuages. C’était il y a une dizaine d’années. Les deux écrivains algériens étaient tous les deux à 10.000 mètres d’altitude: dans un avion quelque part entre Alger et Marseille. Kamel Daoud est assis une ou deux rangées devant Boualem Sansal, qui ne l’a pas remarqué. «Je n’osais pas aller lui parler. J’ai passé la majorité du vol retourné à me dire: “j’y vais ou j’y vais pas?” A la fin, j’en avais un torticolis!, se souvient Daoud. J’admire énormément Boualem Sansal. Et pourtant pour un Algérien en admirer un autre, c’est très difficile! (rire) J’admire son œuvre, mais aussi l’homme: sa liberté et son indépendance.» 

L’admiration est réciproque: «Kamel Daoud a été une lumière dans le ciel pour moi, affirme l’auteur du Serment des barbares. Dans les années 1990 je n’avais plus d’espoir. Je pensais que l’Algérie allait tomber, définitivement. Un jour, j’ouvre le quotidien d’Oran (où Daoud a été chroniqueur pendant une quinzaine d’années, NDLR) et je lis une chronique: je me dis, “ça existe encore ce genre de prises de parti?” Ce n’est pas possible qu’un homme parle comme ça dans ce pays! On était en pleine guerre civile et le plus important était de manifester du courage.»

Boualem Sansal et Kamel Daoud, le 20 novembre 2018 à Paris.
Boualem Sansal et Kamel Daoud, le 20 novembre 2018 à Paris.  – Crédits photo : FRANCOIS BOUCHON/François Bouchon / Le Figaro

Malgré l’amitié littéraire et intellectuelle qui les lie, les deux hommes n’ont que de très rares occasions de se rencontrer. Daoud habite à Oran tandis que Sansal vit à Boumerdès près d’Alger: les deux villes sont situées à 400 km d’écart. La surveillance du régime isole les deux écrivains. Il leur arrive cependant de dîner chez l’ambassadeur de France en Algérie. 

Cette fois, la rencontre a eu lieu au Figaro, un matin de la fin du mois de novembre, devant un modeste petit déjeuner. C’était la première fois qu’un journal leur proposait un entretien croisé. Les deux hommes ont sauté sur l’occasion malgré un agenda surchargé. La parution concomitante en France de leurs derniers livres* respectifs leur a permis d’être à Paris au même moment. 

Une même communauté de destin

Sansal et Daoud, ce sont deux visages de la liberté. Le premier est aussi placide que le second est tempétueux. Sansal, avec ses longs cheveux blancs et son éternel sourire plein de sagesse, a des allures de vieux maître de kung-fu impassible. C’est dans cette profonde sérénité qu’il puise la force d’être libre. Daoud se nourrit au contraire de l’adversité. Chez lui, on devine la colère rentrée et la rage de vivre. S’il n’y avait eu les livres, l’ancien adolescent mystique serait peut-être devenu moudjahidine. Sa rencontre avec la littérature a dirigé sa révolte contre les pouvoirs établis et les dogmatismes. 

Les retrouvailles entre les deux hommes sont simples, chaleureuses, presque fraternelles. Daoud et Sansal partagent une vraie communauté de destin et s’inscrivent dans une même filiation littéraire et philosophique. Tous deux sont considérés comme les plus grands écrivains algériens de leur époque. Tous deux savent conjuguer le particulier et l’universel. Tous deux sont des adversaires irréductibles du régime de Bouteflika. Tous deux défient les bigots et les fanatiques. Tous deux sont censurés en Algérie. Tous deux sont à leur manière des héritiers d’Albert Camus. Comme l’auteur de L’Étranger, Daoud et Sansal sont à la fois des hommes révoltés et des hommes tiraillés: partagés entre la France et l’Algérie, entre le désir d’exil et l’attachement à leurs racines, «dissidents courageux» en Occident, «suppôt de la France» en Orient.»

Coïncidence troublante, Sansal a vécu dans son enfance rue Darwin à cent mètres de la maison du Prix Nobel dans le quartier populaire de Belcourt à Alger. Kamel Daoud a, lui, rendu un vibrant hommage à Camus à travers son premier roman, Meursault, contre-enquête , qui fait écho à L’Étranger. Il y fait parler le frère de l’Arabe tué par Meursault dans le chef-d’œuvre de Camus. Certains ont voulu y voir une critique de la colonisation alors que le livre analyse plutôt l’échec de la décolonisation. Daoud y montre comment la mémoire obsédante des crimes de la colonisation et de la guerre d’indépendance est devenue une prison pour les Algériens enfermés à jamais dans le statut de victimes, incapables de construire l’avenir. 

«Nous avons aujourd’hui des millions d’“anciens combattants” qui viennent d’on ne sait où. Qui s’imaginent tout connaître, mais qui n’ont rien vécu»Boualem Sansal

«Le souvenir que peut avoir la génération de Boualem de la guerre d’Algérie n’est pas du tout le même que celui des générations suivantes, qui ne l’ont pourtant pas vécue, explique Daoud. La génération actuelle en fait une reconstitution fantasmée compensatoire. Avec un très fort sentiment anti-français. Les jeunes de 17 ans te parlent de la colonisation française avec une haine, que même mon père qui a vécu cette période n’adopte pas.» «Nous avons aujourd’hui des millions d’“anciens combattants” qui viennent d’on ne sait où. Qui s’imaginent tout connaître, mais qui n’ont rien vécu.», ironise Sansal. 

Daoud est né huit ans après la proclamation d’indépendance tandis que Sansal avait déjà 13 ans lorsque l’Algérie est devenue indépendante. Il a connu l’Algérie des années 1960 communiste et athée où l’on ne faisait pas le ramadan et où l’on pouvait sortir bras dessus, bras dessous avec sa petite amie, boire des verres en terrasse. L’Algérie des pieds-rouges, véritable Mecque des révolutionnaires où la religion était considérée comme l’opium du peuple. «Il y avait à Alger tout le gratin de la gauche internationale: Che Guevara avait un appartement en face de la cathédrale. Les Black Panthers et Régis Debray étaient-là aussi. Étudiant, j’ai même rencontré mes idoles Bob Dylan et Jane Fonda. Et puis Boumediene, avec son coup d’État, en 1965, a sifflé la fin de la récréation: “la parlotte, c’est fini, maintenant l’Algérie c’est une caserne!”», se souvient l’auteur de Gouverner au nom d’Allah

«Les pieds-rouges sont rentrés chez eux. Petit à petit, sont arrivés ceux qu’on appelait les pieds-verts, des prédicateurs venus d’Arabie, du Yémen allant de marché en mosquée prêcher le retour de l’islam. On se moquait d’eux, mais en trois ans, ils ont islamisé tout le monde, y compris les enfants dans les écoles. Et toi, Kamel, tu es tombé dans le piège un bref instant…»

«La culture est vraiment vitale. Vitale pour sauver les gens. Celle-ci seulement pourra prémunir les jeunes contre les manipulations religieuses et les idéologies les plus morbides»Kamel Daoud

La politique d’arabisation menée par le gouvernement sous la pression de l’Arabie saoudite se révèle être, en réalité, une politique d’islamisation. Sansal, dont l’épouse est tchèque, retire sa fille de l’école et l’envoie étudier à Prague. Daoud, alors adolescent, n’a pas cette chance. «Plus exactement, le piège s’est refermé sur moi. Vous êtes jeune, vous avez soif d’absolu. Vous avez le FLN d’un côté, autrement dit, le néant, le rien. Et de l’autre côté, vous avez une offre idéologique qui prend tout en charge, vous parle de l’hygiène, du corps, de la mort… Entre le FLN et le prêcheur, il apparaissait plus tentant de choisir le prêcheur. D’autant que celui-ci offrait de l’épopée à l’adolescent désœuvré que j’étais. Le seul moyen de sortir de la caserne, c’était la mosquée.» 

Ce qui sauvera le jeune homme, c’est la lecture et l’écriture, son seul espace de liberté. Il s’empare de tous les livres qui lui tombent sous la main: de vieux Jules Verne déchirés et même des manuels de cuisine. Il noircit lui-même des cahiers entiers. La leçon qu’il en tire est simple: «La culture est vraiment vitale. Vitale pour sauver les gens. Il faut transmettre aux jeunes le maximum de culture. Celle-ci seulement pourra les prémunir contre les manipulations religieuses et les idéologies les plus morbides. Si la culture n’est pas là pour tempérer tout ça, alors c’est la catastrophe.»

La cible des islamistes

La catastrophe en Algérie a eu lieu durant la décennie noire des années 1990 où le Groupe islamique armé (GIA) kidnappe, viole et égorge à tout va: 200.000 Algériens sont assassinés. Si la guerre civile est aujourd’hui terminée, rien n’est réglé. L’islamisme a été vaincu militairement, mais il l’a emporté culturellement. Il est plus que jamais enraciné dans la population et les deux écrivains redoutent le pire. Le crépuscule de Bouteflika ajoute à leur inquiétude. «Comme le gaz, l’islamisme occupe tout, il prend tout l’espace…» constate Sansal. 

«Le jour où nous apparaîtrons comme une vraie menace pour quelqu’un du régime, nous finirons par être tués»Kamel Daoud

«L’immobilisme actuel en Algérie est un leurre, auquel tout le monde veut croire, tout n’est pas statique: les islamistes sont très actifs et ils conquièrent, explique Daoud. Le régime depuis des années, sous-traite l’espace public, les médias, les journaux, les chaînes de télévision, le réseau de mosquées, les prêcheurs à la gestion islamiste. La société est convertie. Nous n’avons plus de citoyens mais des croyants!» 

Pour les deux écrivains, le scénario le plus probable après la disparition de Bouteflika est l’alliance entre les islamistes et les nouveaux officiers avec un danger: l’émergence d’un «Iran sunnite» en Afrique du Nord. Dans un contexte politique aussi instable, leur notoriété en Europe ne les protège plus. «Dans les télévisions islamistes il y a des appels au meurtre contre nous. Cela me fait peur, j’ai une famille», lâche Daoud. «Le jour où nous apparaîtrons comme une vraie menace pour quelqu’un du régime, nous finirons par être tués», acquiesce Sansal.

Pensent-ils à s’exiler, à rejoindre la France?

«C’est surtout en France que j’ai peur pour ma vie. Je suis terrorisé par l’électron libre de 17  ans qui peut vous tuer à tout instant, par fanatisme»Kamel Daoud

«Comme tous les Algériens, on y pense tous les matins. Et puis le soir, on se dit, “on verra plus tard”», plaisante Sansal. Comme Camus, il est longtemps resté pour sa mère, aujourd’hui décédée. Ses filles vivent à Prague et sont européennes. Pour lui, il y a désormais moins d’urgence à partir. Daoud, lui, se sent coincé entre sa mère et ses enfants. «Je suis plus terrorisé pour ma fille que pour mon garçon. Un pays, pour moi, ce n’est pas un drapeau et un hymne. C’est l’endroit où l’on voudrait que nos enfants grandissent. Or, en Algérie, tous veulent expatrier leurs enfants. Donc ce n’est plus un pays.». «Les Algériens pensent beaucoup à partir pour leurs enfants. Mais s’ils partent, ils se disent que ces derniers risquent de tomber de Charybde en Scylla s’ils viennent dans les banlieues françaises», précise Sansal. 

En réalité, si Daoud et Sansal hésitent, c’est aussi parce que la France leur apparaît aujourd’hui de moins en moins comme la nation de Voltaire et de plus en plus comme le pays de Soumission de Houellebecq. «C’est surtout en France que j’ai peur pour ma vie. Je suis terrorisé par l’électron libre de 17  ans qui peut vous tuer à tout instant, par fanatisme», confie Daoud. Quant à Boualem Sansal, la seule tentative d’agression dont il a été victime s’est produite à Nice. L’agresseur était franco-algérien. Les deux écrivains sont la cible des islamistes et du régime, mais pas seulement.» LIRE AUSSI – Boualem Sansal: «Oui, l’Europe a peur de l’islamisme, elle est prête à tout lui céder»

Les attaques viennent également d’une partie du monde intellectuel occidental qui, par mauvaise conscience coloniale, les accuse de «stigmatiser» les musulmans, de faire le jeu de l’extrême droite ou des «islamophobes». Daoud a ainsi essuyé les foudres de certains universitaires français pour avoir dénoncé les viols de Cologne. Aux fatwas réelles s’ajoutent ainsi des fatwas symboliques de plus en plus lourdes à porter. D’autant que leur refus de toute logique communautaire les expose aussi à la détestation de certains musulmans qui voient en eux la figure du «traître». 

«Ce que je ne comprends pas, c’est que les Algériens ne font même pas de résistance quand ils en ont la possibilité, dans des pays démocratiques, comme la France»Boualem Sansal

Entre deux rives, attaqués d’un côté comme de l’autre, Kamel Daoud et Boualem Sansal observent, amers, qu’il est de plus en plus difficile aujourd’hui de défendre une position universaliste, y compris en Europe. «Ce que je ne comprends pas, c’est que les Algériens ne font même pas de résistance quand ils en ont la possibilité, dans des pays démocratiques, comme la France», constate Sansal. «Ils font même le contraire, Boualem. Ils nous reprochent à nous de prendre la parole librement, s’emporte Daoud. À chaque fois que je prends la parole dans un débat, il y a toujours un Algérien pour se lever et me dire: “Vous salissez le pays, votre parole est récupérée par l’extrême droite”. Les communautés étrangères dans les pays occidentaux, votent islamiste. Quel paradoxe! Ils veulent vivre dans des pays de modernité et nous fourguent, à nous, des califats par procuration. Pourquoi vivent-ils dans un pays de liberté et ne l’augmentent-ils pas, cette liberté, au lieu de la museler? On ne vient pas dans un pays libre pour vivre replié sur soi. C’est inacceptable. Ça me tue. J’ai envie de passer un appel au bonheur: soyez heureux! Il faut écrire un appel aux exilés, Boualem, pour qu’ils arrêtent d’alimenter leur malheur.»

«Le Peintre dévorant la femme» de Kamel Daoud, «Ma nuit au musée», Stock, 140 pages, 17 euros.

«Le Train d’Erlingen ou La Métamorphose de Dieu», Boualem Sansal, collection Blanche, Gallimard, 256 pages, 20 euros.

Cet article est publié dans l’édition du Figaro du 15/01/2019. Accédez à sa version PDF en cliquant ici

Alain Finkielkraut: “Je suis toujours Charlie et je n’en démordrai pas”.

Alain Finkielkraut: «Je suis toujours Charlie et je n’en démordrai pas»

Alain Finkielkraut.

EXCLUSIF – Quatre ans après les attentats de janvier 2015, le philosophe, admirateur de Houellebecq, confie au Figaro ses inquiétudes face à la «dislocation» de la France.


L’islamisme, un défi pour notre civilisation. – «Le Figaro Enquêtes» publie cette semaine un recueil exceptionnel de textes, interviews, reportages d’observateurs parmi les plus brillants de leur époque. Ils éclairent et décryptent un phénomène sans précédent: le choc de civilisations à l’intérieur même de l’Europe et de la communauté nationale.

Disponible en kiosque et sur la boutique en ligne du Figaro


Quatre ans après les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 en France, qui ont visé la rédaction du journal Charlie Hebdo, mais aussi des policiers et des clients d’une supérette kasher, et au cours desquels dix-sept personnes ont été tuées, Alain Finkielkraut reste, plus que jamais, Charlie. Car ce qu’il appelle «le parti de l’Autre» ou le «camp du déni» n’a pas dit son dernier mot. Certes, les bien-pensants n’ont plus le monopole de la parole légitime et une prise de conscience tardive s’opère. Mais les comparaisons incessantes avec les années 1930 continuent d’occulter une partie de la réalité tandis que le mouvement «décolonial», est, avec ses réseaux associatifs, très présent dans l’université. «La France se disloque, constate Alain Finkielkraut, et face à la force du nombre, il n’y a pas de recettes pour résorber la fracture.»

FIGAROVOX. – Quatre ans après les attentats de janvier 2015 êtes-vous toujours Charlie?

Alain FINKIELKRAUT.La caricature n’est pas la forme d’humour que je préfère. Mais face à des intellectuels – comme Pierre Rosanvallon qui se permet d’écrire une histoire intellectuelle de la période récente, sans la moindre référence aux attentats qui ont précédé le 11 janvier, ou bien encore Danièle Sallenave, qui dans son dernier livre, L’Églantine et le Muguet, s’en prend aux penseurs «républicains, néoconservateurs» et explique la montée de l’islamisme dans notre pays par notre passé colonial, et la situation qui est faite à nos concitoyens musulmans d’origine immigrée – alors oui, évidemment, face à eux, je suis Charlie et je n’en démordrai pas.

– Crédits photo : BERTRAND GUAY/AFP

Le 11 janvier 2015, entre 1,2 et 1,6 million de personnes ont marché à Paris contre la terreur et pour la liberté d’expression. Que reste-t-il de cette marche?

«Je suis Charlie, je suis juif, je suis la police, je suis la République», lisait-on sur les banderoles de la grande manifestation du 11 janvier. Nuit debout a voulu laver la tache, en investissant la place de la République, pour dénoncer, comme si de rien n’ était, la bourgeoisie capitaliste, l’État policier et ses chiens de garde intellectuels. La brèche ouverte par les attentats dans la vision progressiste de l’histoire était colmatée. L’islam radical disparaissait, il n’était plus question des violences antipolicières, ni du nouvel antisémitisme. Tout se ramenait au face-à-face des «dominants» et des «dominés». C’était désespérant mais cela n’a pas pris ; malgré la ferveur médiatique, le peuple était le grand absent de cette assemblée populaire. On peut donc dire que le 11 janvier vit encore.

Un an après, Emmanuel Todd écrivait, Qui est Charlie?, qui faisait du 11 janvier une marche islamophobe…

À la question «Qui est Charlie?», Emmanuel Todd répond comme le faisait Guy Bedos, mais avant les attentats: «Charlie est le nom d’une bande de scélérats.» Dès le début de son livre, la sentence tombe: «Blasphémer de manière répétitive, systématique sur Mahomet, personnage central de la religion d’un groupe faible et discriminé, devrait être, quoi qu’en disent les tribunaux, qualifié d’incitation à la haine religieuse, ethnique ou raciale.» Et Todd accable de son mépris les manifestants du 11 janvier, «des millions de Français sont descendus dans la rue pour défendre le droit de cracher sur la religion des faibles». Ces insultes aux morts, et à ceux qui ont choisi de les honorer, ont valu à l’anthropologue la couverture de L’Obs, ce journal dont Jean Daniel avait su faire l’organe de la gauche antitotalitaire. Raison de plus pour être Charlie.

Après le sursaut du 11 janvier, il y a eu notamment les attentats du 13 novembre 2015, le 14 juillet 2016 à Nice, l’assassinat du père Hamel ou encore l’attaque de Trèbes. La nation s’est-elle habituée à l’horreur terroriste aussi bien qu’à l’islamisme ordinaire?

«Non on ne s’habitue pas. À chaque attentat, on espère seulement – sans trop y croire – que c’est la dernière fois»

Alain Finkielkraut

Non on ne s’habitue pas. À chaque attentat, on espère seulement – sans trop y croire – que c’est la dernière fois. Mais on a du mal à réaliser que le djihadisme est la forme paroxystique d’un phénomène sans précédent: le choc de civilisations, à l’intérieur même de la communauté nationale.

La France se disloque et, face à la force du nombre, il n’y a pas de recettes pour résorber la fracture. Les ministres de l’Intérieur font les uns après les autres le constat de cette impuissance. Le dernier en date, Gérard Collomb, a dit après avoir passé dix-huit mois Place Beauvau que les communautés vivent aujourd’hui côte à côte et que demain cela risque d’être face à face.

Le problème est aussi Européen. Visiblement, la CEDH n’est pas Charlie. La Cour européenne des droits de l’homme a confirmé la condamnation d’une Autrichienne qui avait évoqué lors d’un meeting la «pédophilie» de Mahomet. De même, le comité des droits de l’homme des Nations unies a également condamné symboliquement la loi française sur la burqa. L’islam radical profite-t-il de notre vision dévoyée des droits de l’homme?

«La France doit prendre le contre-pied du président de la Cour de cassation et se retirer du Comité des droits de l'homme de l'ONU», clame Alain Finkielkraut.
«La France doit prendre le contre-pied du président de la Cour de cassation et se retirer du Comité des droits de l’homme de l’ONU», clame Alain Finkielkraut. – Crédits photo : Francois Bouchon/François Bouchon / Le Figaro

Dans les démocraties modernes, comme l’a très bien montré le philosophe Robert Legros, ce n’est pas seulement le peuple ou la nation qui est la source ultime de la loi, mais l’humanité. Tous les pouvoirs viennent de l’humanité, s’exercent au nom de l’humanité et s’accomplissent sous la surveillance de l’humanité. Pour le dire autrement, l’assemblée des citoyens ne peut pas voter une loi contraire aux droits de l’homme. Ce bel édifice est aujourd’hui en péril parce que le consensus sur la signification des droits de l’homme s’est brisé. Pour l’ONU, pour un certain nombre d’autres instances internationales, le port du voile intégral relève de la liberté d’expression. Et le président de la Cour de cassation française a laissé entendre que la justice de notre pays devrait s’incliner devant l’avis du Comité des droits de l’homme de l’ONU, estimant que la décision française d’interdire le voile à la crèche Babilou avait porté atteinte à la liberté religieuse.

Les dissidents d’Europe de l’Est pouvaient invoquer les droits de l’homme contre le pouvoir totalitaire ; c’est aujourd’hui entre deux conceptions des droits de l’homme que le combat se déroule. La France doit prendre le contre-pied du président de la Cour de cassation et se retirer du Comité des droits de l’homme de l’ONU. En s’y maintenant, elle trahit son histoire.

Pour en revenir au 11 janvier, au lendemain de cette marche, vous aviez déclaré dans les colonnes du Figaro: «Une bataille s’est engagée entre le parti du Sursaut et le parti de l’Autre.» Quatre ans après, quel parti a gagné cette bataille?

Le mouvement «décolonial» est avec ses réseaux associatifs, très présent dans l’université. Il dénonce, contre toute évidence, le racisme d’État. Il attaque l’universalisme républicain ; il invoque le féminisme pour légitimer le port du voile et la laïcité pour légitimer les revendications religieuses. Malheureusement, la gauche, dans sa majorité, ne trouve rien à y redire. Ainsi sacrifie-t-elle ses propres principes à une défense inconditionnelle de l’Autre. Le «parti de l’Autre» met la violence islamiste sur le compte de l’inégalité. «Nous enfantons des monstres qui nous tuent, nos bourreaux sont d’abord nos victimes», souffle-t-il. Cette thèse ayant quand même du plomb dans l’aile, une autre interprétation vient de voir le jour. Dans son livre Un temps pour haïr, Marc Weitzmann croit pouvoir déceler une collusion entre le néopopulisme très actif en Europe et ce qu’il appelle les courants réactionnaires musulmans. Même haine pour les élites et le mondialisme, même goût de l’authenticité, même homophobie, même phallocratie misogyne et, si j’ai bien compris, même apologie du sacrifice. Pour Marc Weitzmann, voir dans le comportement d’Arnaud Beltrame un geste sacrificiel, c’est s’inscrire dans la même logique que les djihadistes. Cette confusion entre sainteté – mourir pour l’autre – et barbarie – faire de son corps une arme de destruction massive – a quelque chose de désespérant. Elle témoigne du nihilisme dans lequel certains sont tombés. Heureusement pas tout le monde.

«Ceux qui comparent notre époque aux années 1930 n’ont qu’un but, occulter le véritable et nouvel antisémitisme»

Alain Finkielkraut

Alexandre Devecchio : « L’amalgame entre le terrorisme et l’islamisme doit être fait. » – Regarder sur Figaro Live

Pour Edwy Plenel, les musulmans d’aujourd’hui sont les juifs d’hier?

Ce qui endormait la vigilance des nations dans les années 1930, c’était la hantise d’un retour de l’esprit de 1914 ; ce qui nous démobilise aujourd’hui, c’est la hantise d’un retour des années 1930. Pour Luc Boltanski, pour Enzo Traverso ou pour Edwy Plenel, l’islamophobie prend le relais de l’antisémitisme et ils voient renaître les théories nationalistes et traditionalistes chères à Charles Maurras, dans la bouche d’intellectuels qui auraient été autrefois dénoncés par l’Action française en tant que juifs. À cela, Charb, l’une des victimes de l’attentat du 7 janvier, avait, d’avance, répondu: «En 1931, existait-il un terrorisme international qui se réclamait du judaïsme orthodoxe? Des terroristes juifs revendiquaient-ils d’instaurer l’équivalent juif de la charia en Libye, en Tunisie, en Syrie et en Irak? Un Ben Laden avait-il envoyé un biplan s’écraser sur l’Empire State Building? Je ne suis pas historien mais je ne pense pas.» Les années 1930, c’était la montée irrésistible de l’antisémitisme. Ceux qui comparent notre époque aux années 1930 n’ont qu’un but, occulter le véritable et nouvel antisémitisme, car étant le fait des dominés, il ne cadre pas avec leur vision du monde.

Quand on voit des journalistes du Mondetel que Davet et Lhomme ou Chemin et Bacqué décrire l’islamisation de la France, on se dit que le temps du déni touche à sa fin…

Il se passe des choses. Les progressistes avaient voulu dresser une espèce de cordon sanitaire. Or on voit que ce n’est plus possible ; même sur des chaînes d’info en continu, des dialogues improbables se nouent, comme entre Romain Goupil et Robert Ménard. Les Bien-pensants n’ont plus le monopole de la parole légitime. Et effectivement, comme l’a dit le magazine Causeur, il est amusant de voir Le Monde découvrir la Lune. Vingt ans presque après la parution des Territoires perdus de la République.

On peut se réjouir de cette prise de conscience tardive, mais il n’est pas sûr que le parti du déni ait dit son dernier mot. Après une agression spectaculaire dans un lycée professionnel de Créteil, par un lycéen braquant son professeur, le hashtag «Pas de vague» est apparu sur Twitter. Des professeurs ont décrit les violences quotidiennes dont ils étaient victimes, mais Le Mondea aussitôt mis le couvercle sur cette expression. Un sociologue a expliqué, chiffres à l’appui, qu’il n’y avait pas plus de violences aujourd’hui qu’il y a vingt ans. Il a également affirmé que les sanctions étaient contre-productives. Après quoi, Le Mondea publié un tableau des inégalités scolaires en Seine-Saint-Denis: autrement dit, si violence il y a, elle est le fait du pouvoir, de l’État. Mais peut-être que dans vingt ans, s’ils sont encore d’attaque, Davet et Lhomme réuniront une équipe de journalistes et écriront un livre sur les violences scolaires, appelé «L’ école à feu et à sang». À ce moment-là bien sûr, les micros se tendront vers les coordinateurs de ce livre. L’arrogance du progressisme n’est certes plus de mise, mais le combat n’est pas fini.

«Je pense que le mot “migrant” est en lui-même très révélateur», explique Alain Finkielkraut.
«Je pense que le mot “migrant” est en lui-même très révélateur», explique Alain Finkielkraut. – Crédits photo : Francois Bouchon/François Bouchon / Le Figaro

Déjà en 1989, vous alertiez sur les dérives communautaires à propos de l’affaire du voile à Creil. N’avons-nous pas perdu trop de temps?

Je pense que l’on a perdu beaucoup de temps. Je me souviens, avec le cœur serré, de la conférence de presse de Georges Bensoussan – Barbara Lefebvre était présente également – pour les 10  ans de la parution des Territoires perdus de la République, où il disait: «Depuis le livre, dans les banlieues, la situation s’est aggravée. L’antisémitisme n’est plus une opinion: c’est devenu un code culturel.» Il n’y avait pas de journalistes à cette conférence, simplement quelques amis. C’était en 2012. Il a fallu attendre 2018 pour que paraisse le «manifeste contre le nouvel antisémitisme». Ce mot de «nouveau» a d’ailleurs quelque chose d’absurde puisque cela fait plusieurs décennies que ça dure et que le signal d’alarme a été tiré il y a vingt ans. L’aveuglement a duré un temps fou et nous ne sommes d’ailleurs toujours pas au bout de nos peines. Daniel Schneidermann sur son blog a salué la parution d’un livre Les Territoires vivants de la République. Ce que peut l’école: réussir au-delà des préjugés en disant, «voilà la meilleure réponse à apporter à Georges Bensoussan et à ses coauteurs». La crainte de stigmatiser la jeunesse en déshérence des banlieues reste tellement forte que l’on a toujours du mal à regarder la réalité en face.

Concernant l’affaire du voile de Creil, c’est en 2004 seulement que la France a pris conscience du problème et de sa teneur. C’est à cette date qu’une loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l’école a été votée. La commission Stasi, du nom de Bernard Stasi qui la présidait, qui devait réfléchir à l’application du principe de laïcité, était pourtant défavorable à la loi. Rien n’était gagné. Et rappelons aussi qu’à l’origine, ceux qui soutinrent le proviseur contre l’élève voilée se firent durement attaquer. Aujourd’hui, on s’aperçoit que le voile n’est qu’un aspect des revendications islamistes. Jean-Pierre Obin expliquait dans son rapport, en 2004, que les élèves voulaient partager, diviser les sujets enseignés entre ce qui était halal et ce qui était haram. Comme à la cantine. De plus en plus de lycées, de collèges et même d’écoles primaires sont confrontés à ce problème. Tout récemment, on a eu des exemples d’écoles où les garçons refusaient de donner la main aux filles. Le problème est loin d’être réglé.

Après Charlie, il y a eu la crise «migrants». Si le tabou sur l’islam commence à se fissurer, celui sur l’immigration semble indestructible…

Je pense que le mot «migrant» est en lui-même très révélateur. Aux yeux des partisans de l’hospitalité inconditionnelle, de l’ouverture infinie des frontières, l’homme qui arrive ne se définit ni par son origine ni par sa destination, mais par son errance. C’est un voyageur et, qui plus est, un voyageur sans bagages. On ne veut pas voir autre chose en lui que l’homo migrator. Cet aveuglement est évidemment problématique et dangereux, parce que l’antisémitisme dont l’Europe est aujourd’hui le théâtre n’est plus endogène. Il vient de l’extérieur, c’est un produit d’importation. Il est donc lié à l’immigration. Cela doit être dit avec autant de tact que possible, car il ne s’agit évidemment pas de décrire les migrants comme des envahisseurs pogromistes. Mais ce problème devrait quand même pouvoir être évoqué. Or avec le mot «migrant», c’est impossible, cette réalité est occultée. L’immigration est le dernier refuge de l’antiracisme idéologique. C’est une forteresse qui me semble très difficile à conquérir.

Le président Macron oppose les nationalistes aux progressistes. Le nationalisme est-il aujourd’hui la menace prioritaire en Europe?

Emmanuel Macron a fondé sa campagne sur l’opposition entre les progressistes et les conservateurs. Il module ce grand clivage en parlant dorénavant de populistes et de nationalistes. Le danger de l’extrémisme existe. Il y a eu récemment en Italie une marche pour célébrer le 90e anniversaire de la marche sur Rome des Chemises noires de Benito Mussolini.

Toutefois, à travers cette critique du populisme et du nationalisme, on cherche à criminaliser le droit des peuples à la continuité historique. Christophe Guilluy a écrit que si insécurité culturelle il y a, c’est parce que ceux qui avaient le statut de référent culturel sont mis en minorité là où ils vivent. Cela leur est insupportable, leur révolte est absolument légitime. Elle doit être écoutée et cette écoute doit se traduire dans les faits. Si nous voulons que notre pays reste vivable, il faut ralentir les flux migratoires ; car la force du nombre rend toute assimilation, et même toute intégration, impossible.


LE FIGARO ENQUÊTES – L’islamisme, un défi pour notre civilisation

– Crédits photo : nhlacer

Que dit le Coran? Entre chrétiens et musulmans, quel dialogue possible? Quelles différences entre islam et islamisme? L’islam représente-t-il un danger pour la civilisation européenne? La France est-elle particulièrement visée? Quelles sont les motivations et les causes du terrorisme? Sont-elles politiques, religieuses, économiques ou sociales? La disparition de Daech signifie-t-elle pour autant la fin de l’islamisme?

Voici autant de questions qui travaillent en profondeur l’Europe et plus particulièrement la France, durement touchée par le terrorisme islamiste ces dernières années. Pour tenter d’y répondre, Le Figaro ouvre, depuis 2015 en particulier, ses colonnes à des philosophes, théologiens,

sociologues, experts, journalistes, écrivains: David Thomson, Alain Finkielkraut, Zineb El Rhazoui, Gilles Kepel, Éric Zemmour, Rémi Brague, Jean Birnbaum, Hakim El Karoui, Hamed Abdel-Samad, Pascal Bruckner, Georges Bensoussan, Malika Sorel, Boualem Sansal.

Quatre ans après les attentats de janvier 2015, voici un recueil actualisé des textes, interviews, reportages de ces observateurs, parmi les plus brillants de leur époque. Ils éclairent et décryptent un phénomène sans précédent: le choc de civilisations à l’intérieur même de l’Europe et de la communauté nationale.

Disponible en kiosque et sur la boutique en ligne du Figaro