CoronaVirus. L’Institut Biologique (Ness Ziona), le plus secret et mystérieux d’Israël, va t-il ouvrir la voie à un vaccin?

Par Israelvalley Desk|

Des sources au ministère de la Santé affirment que l’Institut Biologique israélien situé à Ness Ziona annoncera prochainement avoir mis au point un vaccin contre le Coronavirus-Covid 19… mais les tests pré-cliniques et cliniques devraient prendre plusieurs mois. Cette annonce est diffusée par Nathalie Sosna Ophir. IsraelValley peut garantir que cette news est sérieuse et ne s’apparente pas à un « Techno-Bluff ».  Nous connaissons très bien les travaux de cet Institut exceptionnel.

L’Israel Institute for Biological Research est un institut de recherche de défense du gouvernement israélien spécialisé dans la biologie, la chimie médicinale et les sciences de l’environnement. Le travail de l’institut est un secret bien gardé. (DR)

A SAVOIR.

Selon différents rapports internationaux, cités par le journal israélien Ha’aretz, des armes biologiques et chimiques sont développées à l’Institut pour la recherche biologique, situé à Ness-Ziona, à côté de Tel Aviv. Officiellement, des scientifiques et techniciens font partie du staff, qui depuis cinq décennies accomplit des recherches en biologie, chimie, biochimie, biotechnologie, pharmacologie, physique et d’autres disciplines scientifiques. L’Institut, avec le Centre nucléaire de Dimona, est « une des institutions les plus secrètes d’Israël » sous juridiction directe du premier ministre. Le plus grand secret entoure la recherche sur les armes biologiques : bactéries et virus qui, disséminés chez l’ennemi, peuvent déclancher des épidémies. Parmi eux, la bactérie de la peste bubonique (la « mort noire » du Moyen-âge) et le virus Ebola, contagieux et létal, pour lequel n’est disponible aucune thérapie. On peut avec la biotechnologie produire de nouveaux types d’agents pathogènes auxquels la population cible n’est pas en mesure de résister, ne disposant pas du vaccin spécifique. On dispose aussi de sérieux indices sur des recherches pour développer des armes biologiques pouvant anéantir chez l’homme son système immunitaire.

Officiellement l’Institut israélien effectue des recherches sur des vaccins contre des bactéries et virus, comme celles sur l’anthrax financées par le Pentagone, mais il est évident qu’elles permettent de développer de nouveaux agents pathogènes à usage guerrier. Le même expédient est utilisé aux Etats-Unis et dans d’autres pays pour contourner les Conventions qui interdisent les armes biologiques et chimiques.

SOURCE NON ISRAELIENNE. SELON (1) « Officiellement, l’Institut israélien de recherches biologiques de Nes Ziona n’existe pas. Officiellement, pendant dix longues années, Avraham Marcus Klingberg, son directeur adjoint, n’existait pas non plus. Le scientifique de renommée internationale, auteur de savants ouvrages et conférencier courtisé, s’était volatilisé, un matin de janvier 1983. Il fallut attendre 1993 pour apprendre ce qui lui était arrivé. Arrêté pour espionnage au profit de l’ex-URSS, Marcus Klingberg fut jugé à huis clos, secrètement condamné à vingt ans d’enfermement et embastillé au pénitencier d’Ashkelon sous une fausse identité. Il fallut plusieurs appels de la presse israélienne auprès de la Cour suprême de l’Etat juif pour que le secret soit partiellement levé et que commence l’ « affaire Ness-Ziona ».

C’est une petite ville de banlieue, à 18 km au sud-est de Tel-Aviv. Lorsque Israël décide, quatre ans après sa fondation, en 1952, de se doter d’un centre de recherches sur les armes chimiques et biologiques, Ness-Ziona n’est encore qu’un gros bourg de quatre mille habitants. Aujourd’hui, c’est un faubourg, avec trente mille résidents. En 1998, inquiet pour la santé de ses concitoyens, le maire s’est opposé à l’agrandissement du complexe. Sans succès. Le complexe est placé depuis toujourssous le contrôle direct du premier ministre. Que fabrique-t-on derrière les hauts murs parsemés de projecteurs et de censeurs électroniques qui cernent l’endroit ? Mystère.  » Au moins quarante-trois types d’armements non conventionnels, des virus aux toxines de champignons en passant par les bactéries et les poisons de synthèse « , affirmait une enquête du Nouvel Observateur en janvier 1994.

Signataire, en 1993, de la convention internationale bannissant les armes chimiques, Israël – qui se refuse également à adhérer au traité de non-prolifération nucléaire – ne l’a finalement jamais ratifiée. Le contraire l’obligerait à révéler tous ses programmes et à détruire les armes. Pas question ». (1) http://espionnage.over-blog.com/article-6929078.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *