Category: I24

Shoah: des archives de l’ONU indiquent que les Alliés savaient dès 1942

i24NEWS

“L’Empire britannique était déjà trop rempli de réfugiés” pour accueillir des juifs (ex-ministre de Churchill)

Les puissances alliées durant la Seconde Guerre mondiale étaient au courant de l’ampleur de la Shoah deux ans et demi plus tôt que ce qui était généralement supposé, selon des documents inédits de l’ONU, rendus publics pas le chercheur Dan Plesch, auteur du livre Les Droits de l’Homme après Hitler.

“Les grandes puissances ont émis des commentaires sur le meurtre de masse des Juifs deux ans et demi plus tôt que ce qui était généralement supposé “, explique Plesch au quotidien britannique The Independent.

“On pensait qu’ils l’avaient appris quand ils ont découvert les camps de concentration, mais ces commentaires datent de décembre 1942”, ajoute le chercheur, qui travaille depuis une décennie sur ces documents.

Les archives en question révèlent entre autres que dès le mois de décembre 1942, les gouvernements américain, britannique et soviétique savaient qu’au moins deux millions de Juifs avaient été assassinés et que cinq millions de Juifs supplémentaires risquaient le même sort.

Yad Vashem
Shoah

Par ailleurs, un document datant de mars 1943, cite le vicomte Cranborne, l’un des ministres membre du cabinet de guerre de Winston Churchill, déclarant que les juifs ne devraient pas être considérés comme “un cas particulier” et que l’Empire britannique comptait déjà trop de réfugiés.

Dan Plesh, auteur et professeur au Centre d’études internationales et diplomatiques de l’Université SOAS de Londres, explique aussi que les grandes puissances ont commencé à émettre des actes d’accusations de crimes de guerre basés sur des témoignages provenant des camps de concentration et des mouvements de résistance dans divers pays occupés par les nazis, dont des fichiers de 1944, accusant Hitler de crimes de guerre.

Cependant, indique le chercheur, malgré les nombreuses preuves et la poursuite de centaines de nazis, les puissances alliées ont peu fait pour tenter d’aider les juifs en danger.

L’une des raisons invoquées sont les “pressions antisémites” provenant du Département d’Etat américain à l’encontre de l’envoyé du président Roosevelt à la Commission des crimes de guerre des Nations Unies (UNWCC), Herbert Pell.

Ce n’est que suite à l’exposition des déclarations de Pell et au scandale qui en a découlé, que le Département d’Etat aurait accepté de poursuivre les responsables nazis au procès de Nuremberg.

DR
Tatouage de déporté de la Shoah

Plesch invoque aussi la menace communiste, considérée à l’époque comme un “danger majeur” par Washington, comme l’une des raisons qui auraient freiné les poursuites contre les nazis.

En effet, “certains d’entre eux” étaient “nécessaires pour reconstruire l’Allemagne et faire face au communisme”, écrit-il.

Par ailleurs, Plesch a indiqué que les archives sur lesquelles il s’est concentré étaient interdites aux chercheurs depuis 70 ans précisant que ceux qui voulaient les consulter devaient recevoir l’accord non seulement du gouvernement, mais aussi du Secrétaire général de l’ONU.

Même en obtenant ces autorisations, les chercheurs n’étaient pas autorisés à prendre des notes jusqu’à ce que la dernière ambassadrice américaine à l’ONU, Samantha Powers, prenne la décision de les rendre accessibles.

“La France insoumise a passé des années à mettre citoyens d’honneur des terroristes palestiniens” (A. El-Khatmi à i24NEWS)

i24NEWS

Amine El-Khatmi, président du Printemps républicain et conseiller municipal d'Avignon, dans "Conversations avec Benjamin Petrover" le 23.04.2019
i24NEWS

“Ils condamnent d’islamophobes toutes personnes qui osent critiquer l’islam politique”

“A la France insoumise, ils ont passé des années à mettre citoyens d’honneur dans leurs villes des terroristes palestiniens en mettant des cibles sur le dos des juifs à tel point que dans la quasi-totalité des villes de Seine-Saint-Denis, le nombre de juifs a été divisé par cinq ou dix”, a dénoncé mardi soir Amine El-Khatmi, président du Printemps républicain et conseiller municipal d’Avignon dans “Conversations avec Benjamin Petrover”.

“Ils (la France insoumise ndlr) pensent tout et leur contraire. Des gens qui aiment Charb et Charlie Hebdo et en même temps, des gens qui veulent le censurer et qui trouvent que Charb était un raciste patenté. Aussi, ils condamnent d’islamophobes toutes personnes qui osent critiquer l’islam politique”, a-t-il poursuivi sur i24NEWS.

“Est-ce-que c’est cette gauche-là qui va pouvoir réveiller l’esprit républicain dans ce pays? je ne le crois pas”, a martelé celui qui a pour combat de redresser une gauche “laïque, république et universaliste.”

Le fondateur et président du Printemps républicain aspire à refonder une gauche qui “n’a pas d’hésitation sur la lutte contre l’antisémitisme, ni sur le communautarisme qui gangrène un certain nombre de villes françaises.”

“Je crois qu’il y a une gauche républicaine à construire et qui demande à être structurée, incarnée et qui est prête à parler à nouveau aux Français”, a-t-il souligné en ajoutant que la gauche n’était pas “condamnée à être celle du déni et du reniement.”

Le Printemps républicain a été fondé en mars 2016 par le politologue Laurent Bouvet et Gilles Clavreul, alors délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, en lançant un manifeste signé notamment par Frédéric Encel, Jérôme Guej ou encore Anne Sinclair. 

Le mouvement met en avant la République et à la laïcité.

Amine el-Khatmi a été critiqué le mois dernier par ses opposants après s’être rendu à un rassemblement en hommage aux victimes de Christchurch, devant l’ambassade de Nouvelle-Zélande à Paris, en arborant une écharpe tricolore.

Pour revoir l’intégralité de l’intervention d’Amine El-Khatmi

Un rapport révèle l’implication de terroristes dans les activités du BDS |i24NEWS

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a révélé dimanche un rapport complet rédigé par son ministère selon lequel des organisations liées à la campagne internationale BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) entretiennent des liens étroits avec le groupe islamiste Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza et le Front populaire de libération de la Palestine.

La charte du mouvement BDS appelle à exercer un boycott et diverses pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël afin “d’aboutir à la fin de l’occupation et de la colonisation des terres arabes, ainsi que le respect du droit au retour des réfugiés palestiniens”.

Selon le rapport, au moins une trentaine d’activistes, parmi lesquels, certains ont passé plusieurs années dans une prison israélienne après avoir été reconnus coupables d’actes terroristes ou d’attentats, sont liés aux organisations du BDS, dont certaines sont financées par l’Union européenne.Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

גלעד ארדן@giladerdan1

Today we revealed the web of hidden ties between terrorist organizations and 13 leading #BDS groups in the EU, US and PA. All countries & financial institutions must investigate and end funding to BDS groups tied to terror. The BDS masquerade is ending. #TerroristsInSuits14321:12 – 3 févr. 201999 personnes parlent à ce sujetInformations sur les Publicités Twitter et confidentialité

“Les organisations terroristes et les mouvements de boycott sont unis autour d’un seul objectif, celui de détruire Israël et voient dans la délégitimation de l’Etat hébreu un moyen complémentaire à la lutte armée”, a déclaré dimanche M. Erdan lors d’une conférence de presse.

“J’espère qu’avec la publication de notre rapport, l’UE et tous les pays qui subventionnent les organisations de boycott reconsidèreront la légitimité et le financement qu’ils accordent aux organisations BDS”, a-t-il expliqué.

“Les organisations de boycott ont construit un réseau mondial visant à répandre la haine et les mensonges contre Israël, et c’est une politique de riposte que je m’efforce de mener”, a-t-il poursuivi notant qu’à présent “26 États américains ont adopté des lois contre des organisations qui boycottent Israël”.

Ahmad GHARABLI (AFP/File)

Israel’s Public Security Minister Gilad Erdan is threatening to ban Amnesty International from the country over a campaign for digital accommodation providers to stop listing properties in occupied Palestinian territories
Ahmad GHARABLI (AFP/File)

Il a par ailleurs rappelé qu’Israël luttait contre les tentatives de boycott international des produits issus des implantations israéliennes de Cisjordanie.

“De hauts responsables européens commencent à comprendre les objectifs du BDS, qui sont purement antisémites, et ont cessé de financer les organisations BDS”, a indiqué M. Erdan.

“Le BDS et les organisations terroristes sont les deux côtés d’une même médaille, qui rejettent Israël en tant qu’Etat juif, et ne cherchent qu’à le rayer de la carte”, a-t-il fustigé.

Le ministre a précisé que le rapport sera publié dans plusieurs langues afin d’inciter les leaders mondiaux à agir contre la campagne BDS. Il a en outre affirmé détenir des informations supplémentaires qui pour l’heure ne seront pas dévoilées.


04/02/201908:45:20MIS À JOUR LE 04/02/201909:10:50Écrit par i24NEWS

France: des tags antisémites et racistes sur la maison d’un maire en Alsace

09/11/201820:39:47MIS À JOUR LE09/11/201821:30:08Écrit pari24NEWS – AFP

Deux croix gammées et des messages antisémites ont été découvert à l’entrée de la synagogue de Verdun
AFP

Des tags antisémites et racistes, visant notamment le préfet de la région Grand Est et les migrants, ont été inscrits sur la maison du maire de Brumath (Bas-Rhin) dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

“Toutes les façades de la maison et la porte du garage ont été taguées sur deux mètres de haut”, a expliqué le maire de Brumath, Etienne Wolf, “effaré”.PUBLICITÉ

Il était écrit, a-t-il détaillé: “Marx=Jude” (juif en allemand) à côté d’une croix gammée, “Le préfet juif Marx, on ne veut plus de migrants”, “Migrant raus” (dehors en allemand) ou encore “Elus alsaciens=vendus”.

“Mon nom n’était nulle part, mais ma maison a été visée en tant qu’élu alsacien”, a-t-il ajouté, précisant qu’il était de confession catholique et avait enseigné la religion pendant trente ans.

Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie et des techniciens en identification criminelle ont procédé à un relevé d’indices, a précisé l’élu, qui est aussi vice-président du conseil départemental du Bas-Rhin.

M. Wolf a ensuite fait recouvrir de peinture les inscriptions. “Ca fait 18 ans que je suis maire, je n’ai jamais été confronté à cette problématique”, a-t-il ajouté. 

DOMINIQUE FAGET (AFP)

Le Premier ministre Manuel Valls (G) et le préfet de Seine-et-Marne Jean-Luc Marx, le 2 juin 2016 à Nemours
DOMINIQUE FAGET (AFP)

Des inscriptions antisémites visant entre autres le préfet, Jean-Luc Marx, ont été relevées ces dernières semaines dans cinq autres communes du Bas-Rhin, a indiqué la préfecture.

Après deux années de baisse, les actes antisémites en France ont fortement augmenté (+69%) sur les neuf premiers mois de 2018, s’est alarmé le Premier ministre Edouard Philippe dans une tribune publiée vendredi sur Facebook.

Marine Le Pen a par ailleurs estimé vendredi que “refuser de désigner la cause” de la montée de l’antisémitisme, identifiée comme étant “l’islamisme radical” par son compagnon Louis Aliot, revenait à “se condamner à l’impuissance et donc renoncer à le combattre.”

Le président Rivlin va rencontrer Emmanuel Macron la semaine prochaine

FRANCE – ISRAEL

Écrit pari24NEWS

Le président israélien Reuven Rivlin, le 6 septembre 2017 à Munich
Matthias Balk (dpa/AFP/Archives)

Le président israélien Reuven Rivlin se rendra en France la semaine prochaine et rencontrera son homologue Emmanuel Macron pour la toute première fois, ont rapporté vendredi les médias israéliens.

Le président débutera sa visite par une cérémonie officielle mercredi à l’Hôtel national des Invalides, où il sera reçu par une garde d’honneur.

Dans la soirée, le Président de la République française accueillera M. Rivlin pour un dîner officiel.

Il visitera également une base de l’armée de l’air française et sera accompagné du commandant de l’armée de l’air, le Major-général Amikam Norkin.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou avait voyagé à Paris en novembre pour assister aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Plus de 60 chefs d’Etat et de gouvernement s’étaient réunis pour commémorer le centenaire de l’armistice de la Grande guerre, rassemblement hors norme qu’Emmanuel Macron veut mettre à profit pour vanter le multilatéralisme dans les relations internationales.

Fin octobre, M. Macron avait envoyé son conseiller diplomatique Aurélien Lechevallier à Jérusalemet à Ramallah pour des pourparlers sur le processus de paix entre Israël et les Palestiniens.