L’antisémitisme insécurise les jeunes Juifs européens

Les 16-34 ans jugent qu’il a augmenté entre 2013 et 2018, faisant grandir leurs craintes au quotidien et le désir d’émigrer.

JEAN CHICHIZOLA

ANTISÉMITISME Les jeunes Juifs européens sont confrontés à un antisémitisme croissant. Tel est le constat dressé par un rapport sur les « expériences et perceptions de l’antisémitisme » publié en juillet par la Commission européenne et l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne. Le directeur de l’agence, l’avocat irlandais Michael O’Flaherty, déplore à cette occasion que « l’antisémitisme reste une souillure qui refuse de disparaître ». La commissaire européenne pour la Justice, la Tchèque Vera Jourova, souligne, elle, qu’il s’agit d’« une menace pour nos valeurs européennes ».

Cette enquête, qui confirme les événements observés notamment en France ces dernières années, se fonde sur les réponses d’un échantillon représentatif de plus de 2 700 Européens juifs âgés de 16 à 34 ans. Le rapport rappelle en introduction que, si dans la seconde moitié du XIXe siècle, 90 % de la population juive mondiale vivait sur le continent européen (Empire russe compris), ce chiffre n’est plus que de 10 % aujourd’hui. Sur un peu plus d’un million de Juifs aujourd’hui dans l’Union européenne, la grande majorité vit en France (quelque 500 000), au Royaume-Uni et en Allemagne. Et leur inquiétude grandit.

Plus de quatre jeunes interrogés sur cinq jugent ainsi que l’antisémitisme est un problème dans leur pays et qu’il a même augmenté entre 2013 et 2018. Un peu moins de la moitié (44 %) a été victime d’au moins un acte de harcèlement antisémite (agressions verbales, gestes insultants, harcèlement électronique ou téléphonique…) dans les douze mois précédant l’enquête. Et 4 % ont été la cible d’une agression physique antisémite.

Pour ces sondés, l’islam radical est le premier responsable des attaques. 31 % des jeunes harcelés (et plus de la moitié des agressés physiquement) l’ont été par une personne se réclamant « d’un point de vue islamique extrémiste ». 21 % des harceleurs se réclamaient de l’extrême gauche et 14 % de l’extrême droite.

Menaces 

L’élément le plus inquiétant du rapport tient à la description des conséquences de ces menaces persistantes et croissantes dans la vie quotidienne des jeunes juifs européens. Près de la moitié des jeunes faisant le choix de ne pas « revêtir, porter ou afficher en public des signes et objets distinctifs de leur identité juive » déclarent qu’ils agissent non pour des raisons de conviction personnelle mais « par souci de sécurité ».

Plus des deux tiers des jeunes Juifs qui affichent publiquement leur identité évitent de le faire dans certaines circonstances. Plus d’un jeune Juif sur dix a déménagé pour des raisons de sécurité. Et le rapport note notamment que, « en France, beaucoup de Juifs vivent dans des quartiers marqués par une forte mixité judéo-musulmane. Des tensions récentes ont eu un impact négatif sur le sentiment de sécurité de la population juive dans ces quartiers ».

Dans ces conditions, 41 % des jeunes Juifs européens interrogés ont déjà envisagé d’émigrer, en Israël pour la plupart, « parce qu’ils ne se sentaient pas en sécurité en tant que personne juive ». Le rapport revient sur la situation française, notant « qu’entre 1995 et 2012 », 1 750 Juifs ont quitté le pays en moyenne chaque année. Après les attentats islamistes de 2012 et 2015, continue le rapport, ils ont été 2 900 en 2013, puis plus de 6 000 en 2014 et de nouveau plus de 6 000 en 2015. « Si les chiffres ont baissé depuis lors, note l’étude, ils demeurent très au-dessus du niveau moyen observé dans les années 1990 et 2000. » L’étude précise toutefois que ces émigrants ne représentent sur la période 2012-2018, que 5,5 % de la population juive française. Et que ces données sont très inférieures, et stables depuis des années, au Royaume-Uni ou en Allemagne. Comme un signe d’une sinistre « exception française ».

Le Figaro – samedi 27 juillet 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *