Si Sarah Halimi s’était appelée Malika Ashraoui…

Frédéric Sroussi Pour TRIBUNE JUIVE

La motivation qui a poussé la justice-du-mur-des-cons à  écarter le caractère antisémite, – pourtant avéré d’un point de vue factuel – du meurtre barbare de Mme Sarah Halimi nous laisse à penser que la justice française n’est pas toujours impartiale quand il s’agit des Juifs. Rappelons que les juges français prêtèrent allégeance au Maréchal Pétain et participèrent donc à la spoliation de milliers de Juifs en faisant appliquer les lois antisémites de l’ État français.

Une question aujourd’hui me taraude : que serait-il passé si Sarah Halimi s’était appelée Malika Ashraoui (j’ai choisi ce nom de façon arbitraire) ?

Je dirai, comme le philosophe Pierre Boutang sur un tout autre sujet, : «Pour le savoir, appliquons la méthode des différences; même hypothétique, la différence est souvent révélatrice.»

Imaginons donc (même si cela relève heureusement de la pure science-fiction !) qu’un Juif pratiquant se soit introduit dans l’appartement d’une femme musulmane, l’ait torturée pendant des heures avant de la défenestrer encore vivante – sans que la police, présente sur les lieux, n’intervienne – et qu’ensuite, ce Juif ait récité des prières en hébreu.

Quelle aurait été la réaction de la classe politique, des médias, des juges et de l’opinion publique ?

Nul besoin d’ être extralucide pour deviner que la France serait tout bonnement à feu et à sang et que des pogroms (à Dieu ne plaise) auraient lieu dans tout le pays.

Les banlieues s’enflammeraient et les policiers paieraient le prix fort pour s’être abstenus de sauver une femme musulmane victime d’un crime odieux.

Le concept du «pas-d’-amalgame» ne serait  évidemment pas utilisé à des fins d’ apaisement (les Juifs, ils sont tous solidaires…).

La justice se précipiterait pour qualifier le meurtre d’acte terroriste, etc, etc.  

Mais, Sarah Halimi n’ était pas musulmane car si elle l’avait été, elle serait vivante aujourd’hui…

Comparons maintenant le désintérêt, voire le mépris pour l’affaire Sarah Halimi avec l’hystérie collective qui suivit l’affaire de cette femme voilée présente au Conseil régional Bourgogne-Franche-Comté, et vous comprendrez le principe dont les Juifs et Israël sont toujours les victimes : le deux poids, deux mesures

Les débats au sujet de cette affaire de voile , ô combien essentielle, ne cessèrent pas pendant des jours dans tous les médias. Les innombrables défenseurs de cette femme voilée clouèrent au pilori cette «pathologie française » que serait « la chasse au foulard islamique », dixit les affreux bobos du NouvelObs (14/10/19).

Bah oui, d’un côté on ne parle «que» d’un crime accompagné d’actes de barbarie perpétré par un djihadiste contre une femme juive parce ce que juive, alors que l’autre affaire concerne (c’est pas rien !) la sortie un peu prématurée d’une femme voilée d’un endroit public… Ce dernier cas est quand même bien plus grave et nous devrions comprendre le tollé, les manifestations et les pétitions contre l’«islamophobie» qui suivirent cette, ô combien,  douloureuse histoire…

Remercions tout de même les quelques dizaines d’intellectuels (très majoritairement non Juifs) et les deux journalistes qui se sont levés pour dénoncer le silence complice des medias et les décisions iniques de cette justice-du-mur-des-cons qui a depuis longtemps choisi son camp…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *