Georges Bensoussan: « Pourquoi les musulmans de France n’ont pas crié ‘Pas en notre nom’ ? »

Georges Bensoussan: « Pourquoi les musulmans de France n’ont pas crié ‘Pas en notre nom’ ? »

Entretien avec l’auteur des ‘Territoires perdus de la République’ (2/2)


Importé dans les bagages d’une partie de l’immigration maghrébine, l’antisémitisme des banlieues se nourrit souvent d’une haine de la France. Pour l’avoir diagnostiqué, l’auteur des Territoires perdus de la Républiques, Georges Bensoussan, s’est attiré un procès et la défiance de certaines élites.

 

Causeur. Comment cet antisémitisme musulman s’est-il exporté dans nos banlieues ? 

Georges Bensoussan. L’antijudaïsme culturel venu du Maghreb (et pas seulement islamique) a été importé dans les bagages d’une partie de cette immigration. Il a souvent été aggravé par le choc de l’acculturation et de la déstructuration de la société traditionnelle quand l’image de l’homme et du père, au bas de l’échelle sociale, a connu un véritable déclassement, accéléré par le chômage. Elle a encore été plus entamée par le choc d’une modernité dont l’émancipation des filles (et la meilleure réussite scolaire d’une partie d’entre elles) fut l’illustration. De là, une focalisation du ressentiment sur « la France » et sur « les juifs » dont la réussite, réelle ou fantasmée, est apparue à certains comme une « injustice » supplémentaire et un affront fait aux antiques hiérarchies.

Tous ceux qui voient leur père perdre son emploi et ne réussissent pas à l’école ne deviennent pas antisémites !

Dans « une partie » de l’immigration venue du Maghreb, le terreau antijuif était déjà là, fertile, et les témoignages en ce sens sont désormais nombreux, d’Amine El Khatmi à Saïd Ben Saïd et à Zineb El Rhazoui. Vous devez tenir compte de la longue mémoire historique qui nous porte et qui nous parle à notre insu tant que nous ne la décryptons pas. C’est pourquoi il n’y a là aucun déterminisme, mais tout au contraire un appel à l’intelligence critique pour passer de l’hérédité à l’héritage assumé. À la suite de Lewis, Fenton, Littmann, Stillman, Hirschberg et quelques autres, nous savions que l’image courante des juifs dans le monde arabo-musulman était celle d’êtres peureux et sans importance, plus méprisés souvent que véritablement haïs. Même élevé socialement, le Juif demeurait mentalement un dhimmi, quand bien même ce statut juridique avait disparu.

En France, où la communauté juive, majoritairement issue d’Afrique du Nord, occupe souvent des positions sociales confortables, ce « renversement » de situation renforce la frustration et ce fameux sentiment d’« humiliation » que seule l’anthropologie culturelle (décriée comme une « nouvelle forme de racisme ») permet d’entendre. Un antijudaïsme couplé, dans « une partie » de cette immigration d’origine algérienne, à un sentiment antifrançais.

Pourquoi ce sentiment a-t-il perduré chez des Algériens de la deuxième ou la troisième génération ?

La colonisation française en Algérie et, a fortiori, la guerre de décolonisation furent brutales. Elles ont laissé des souvenirs douloureux, transmis de génération en génération. De là, souvent, dans certaines familles au moins, cette double injonction, psychiquement déstabilisante, à l’endroit de l’intégration : réussir, mais « sans ressembler aux Français ». Ces réalités, connues (cf. Philippe Bernard, Michèle Tribalat), demeurent peu entendues. Proust était fin sociologue quand il notait dans la Recherche que « les faits ne pénètrent pas dans l’univers de nos croyances ».

Face à l’assimilation des juifs à la France, une contre-culture de banlieue s’est constituée. Des Constantinois, des Oranais, des Kabyles, des Arabes, des Marocains, des Tunisiens se sont fondus dans le grand ensemble qu’on appelait les « Beurs » au XXe siècle. L’antisémitisme est-il le ciment identitaire d’une « beuritude » made in France ?

L’affaire Ilan Halimi, en 2006, nous a appris que l’antisémitisme n’était pas seulement un « code culturel », mais désormais, dans nombre de nos banlieues, un « code culturel d’intégration ». Les tortionnaires d’Ilan Halimi étaient d’origines diverses, tout un petit monde soudé par la haine « du Juif », tel un nouveau « mode d’intégration » dont le parler « antifeuj » était devenu la langue. Le Juif était redevenu cet élément étranger dont la haine qu’on lui voue permet de faire société. En 2002, des professeurs nous rapportaient ces expressions entendues dans leurs classes, « gomme feuj » ou « stylo feuj » (hors d’usage). En 1978, dans son beau livre L’Établi, Robert Linhart expliquait que chez son ami marocain, Ali, employé comme lui aux chaînes de montage des 2CV chez Citroën, « juif » voulait dire « quelque chose qui est mal fait ». Sans la prise en compte de ces matrices culturelles, il n’est pas d’analyse possible des faits sociaux.

Si l’on en croit les travaux scientifiques, une grosse minorité (30 %) de Français musulmans est tentée par la sécession culturelle qui comporte généralement l’antisémitisme. Cela signifie que 70 % sont acculturés aux valeurs françaises…

Pensez-vous vraiment que les bolcheviks étaient majoritaires dans l’« opinion russe » en 1917-1918 ? Ou les fascistes italiens lors de la « marche sur Rome » en octobre 1922 ?

N’espérez-vous pas un sursaut des élites musulmanes ?

En février 1994, à Hébron, un activiste juif, Baruch Goldstein, tue 28 musulmans dans une mosquée de la ville au nom de sa conception particulière de la foi de ses pères. Des Israéliens, en masse, descendent alors dans les rues du pays pour crier : « Pas en notre nom ! » Merah, Nemmouche, les frères Kouachi, Coulibaly, Bouhlel et les autres ont dit tuer « au nom de l’islam ».  Pourquoi les musulmans de France, à l’instar des Israéliens de 1994, ne sont-ils pas descendus dans la rue pour crier : « Pas en notre nom ! » puisque ces assassins se revendiquaient d’une foi qui leur est commune ?

Fin juillet 2016, des intellectuels et notables français, d’origine maghrébine pour beaucoup, publiaient dans le JDD une belle tribune contre les attentats islamistes. Mais dans leur liste des victimes, ils oubliaient malencontreusement les victimes juives de Merah et de l’Hypercacher. Après qu’on le leur eut fait remarquer, ils répondirent que cela « n’était pas significatif » et refusèrent, comme on le leur suggérait, de publier un manifeste corrigé.

D’accord, mais après le manifeste du Parisien, 30 imams ont reconnu, dans une tribune du Monde, l’existence de l’antisémitisme qui gangrène une partie de « leur » jeunesse.

Peut-être, mais ils l’ont fait à mots couverts, tout en recommandant aux profanes que nous sommes de leur laisser la formation d’une jeunesse souvent désœuvrée. Car en tant qu’imams, nous expliquent-ils, ils possédaient les « bonnes réponses… »  Dans une nation laïque qui avait payé cher les guerres de religion du XVIe siècle et le combat de l’Église contre la Révolution deux siècles plus tard, nous régressons donc au point de nous entendre dire que des autorités religieuses seraient les plus légitimes pour répondre à une menace de dérive criminelle.

Ces maladresses en série de responsables musulmans n’expliquent pas tout. N’y a-t-il pas, derrière les questions de l’islam radical et de l’antisémitisme, un malaise plus général, une crise identitaire de la nation française ?

La « crise juive » de la France est inséparable de la crise globale de la nation. L’analyse de la fragmentation communautaire, de la poussée politique de l’islam, de l’abandon étape par étape des milieux populaires, doit prendre en compte la donne sociale. Mais pas seulement, et c’est ici que les adeptes du tout-social souffrent d’une réduction de leur champ visuel.

L’élite des centres-villes, intégrée dans la mondialisation, abandonne d’un même mouvement la minorité juive et la « France périphérique ». Ces catégories la lestent. Cette double mise à l’écart participe d’une même logique d’abandon dont la gauche sociétale est en partie responsable, tout à son éloge du multiculturel et de l’immigration. L’identité culturelle de la France a été caricaturée, comme toute notion d’identité d’ailleurs, grimée en nationalisme xénophobe, voire raciste. Or, si l’on veut comprendre la France aujourd’hui, il faut accepter d’entendre le désespoir d’un pays souvent méprisé (« ploucs », « beaufs », « fachos »). Il faut saisir l’étonnante jonction de la gauche sociétale qui promeut l’ouverture des frontières et l’homme sans racines, avec un capitalisme mondialisé, financiarisé et triomphant, dont l’idéal reste l’homme abstrait, réduit à sa seule fonction de producteur et de consommateur. Et dont le temps libre sera absorbé dans le divertissement de masse, lui-même un objet marchand.

La réification des rapports sociaux (Pierre Legendre parle de notre temps comme d’une « ère post-nazie »), le triomphe du productivisme avec en arrière-fond des frontières ouvertes et une vague migratoire puissante (qui s’intègre de plus en plus mal) ont fini par déliter le tissu culturel et social de la nation, mettant à mal les rapports humanisés, cet ensemble de valeurs dans lesquelles on se reconnaît – ce qu’Orwell nommait la « common decency ».

Il faudra donc se pencher sur l’alliance du gauchisme culturel et d’un capitalisme agressif (dont le journal Libération est l’illustration), qui nous a menés à l’impasse démographique, écologique et civilisationnelle mondiale que l’on sait. Pourtant, gare à ceux qui dévient du discours panurgique de la « diversité » et de la religion de la « croissance ». Car, sur le plan médiatique (voire académique), nous vivons une sorte d’ordre moral qui ne le cède en rien à l’ordre moral bourgeois macmahonien, dont les milieux de la bien-pensance, ces « Homais-hipsters » qui s’en gaussent généralement, oublient à quel point ils en sont les héritiers flaubertiens.

Peut-être, mais dans ces conditions, la crise française n’est qu’une des modalités de la crise de la civilisation occidentale. En tout cas, le flux de l’alyah des juifs de France semble s’être un peu tari, voire inversé car beaucoup de gens reviennent. 

L’émigration des juifs français continue vers Israël même si elle est en baisse et s’il y a des retours, comme toute vague d’immigration en a d’ailleurs connu. De 2000 à 2016, 52 000 de nos compatriotes français, et juifs, ont quitté notre pays vers l’État d’Israël. Et combien d’autres vers d’autres cieux ?  Ajoutez les migrations internes en quête de zones moins périlleuses et vous obtenez une Seine-Saint-Denis d’où, en quinze ans, 80 % de la population juive est partie.

Sur ce sujet, comme sur les autres, le « en même temps » macronien donne un peu le tournis…

Le phénomène macronien est d’abord un phénomène générationnel. Au-delà, c’est surtout une aventure personnelle, voire relativement solitaire. Hors le président, omniprésent, quel ministre existe vraiment, comme l’a récemment analysé Marcel Gauchet ? On voit mal ce que pourrait être l’avenir d’un pays qui semble déboussolé. Et d’un peuple qui n’a pas voix au chapitre. Un gouffre sépare en effet un système médiatique verrouillé et la majorité qui le subit en silence, avec cette illusion de démocratie que sont ces « débats » transformés en spectacle.

Permettez-nous une question personnelle. Pensez-vous qu’un jour vous quitterez la France ?

Je l’ignore. Je sais seulement que ce procès, gagné une seconde fois en appel, a sonné pour moi le divorce avec la France qui était mienne par sa langue, son histoire et ses héros. Par sa littérature et ses monuments aux morts comme par ses paysages, de Charente en Aubrac. Je comprends mieux aujourd’hui l’exil volontaire de Bernanos en 1938. À un certain stade de veulerie, la tentation de l’exil s’offre comme un salut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *