Haine d’Israël : Hamon

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Haine d’Israël : silencieux sur le massacre des Kurdes, Hamon et son micro-mouvement appellent à reconnaître un Etat palestinien

L’ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a qualifié lundi l’Etat d’Israël  “d’injustice historique infligée aux Palestiniens”.

“Les votes au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale des Nations unies contre la décision américaine de reconnaître en Jérusalem la capitale d’Israël ont suscité une forte attention à travers le monde. Les Nations unies y ont démontré un bel exemple de ce qu’est le multilatéralisme que nous soutenons : celui où le droit ne le cède pas à la force, où le collectif des nations ne se laisse pas dicter sa loi par le plus fort. C’est que le sujet est d’importance”, déplorent dans une tribune Benoît Hamon et les membres de Génération.s, le micro-mouvement de l’ancien candidat socialiste à la présidentielle.

“Nul besoin d’exposer le sujet dans toute sa complexité pour prendre la mesure de l’enjeu. Donald Trump, pour des raisons de politique intérieure et parce qu’il méprise profondément le multilatéralisme et le droit, bafoue le consensus international et entend faire reconnaître la réalité : Jérusalem appartient à Israël comme tout ce qu’Israël a conquis ou se réserve la possibilité de conquérir. Quelle ne fut pas sa surprise de s’entendre dire que ces réalités, le monde entier ou presque se refusait à s’y résigner : les bulldozers ne dicteront pas leur loi à la communauté internationale et ne priveront pas les Palestiniens de leur droit légitime. Bien sûr, la résistance de 14 membres du Conseil de sécurité et de 130 membres de l’Assemblée générale contre le diktat d’un seul ne renversera pas à lui seul le fait accompli de la colonisation israélienne. Mais Donald Trump a compris une chose avec les deux revers qu’il vient d’essuyer : la colonisation avance, mais n’efface pas le droit des Palestiniens”, poursuivent les signataires.

“L’Europe, et la France, ne peuvent se désintéresser de cette cause. Oui, le terrorisme qui nous menace attire notre regard vers les théâtres de crise syro-irakien et libyen. Les migrations massives nous interrogent. La tragédie syrienne nous indigne. Mais si le chaos progresse dans ce monde arabe assailli de violence, c’est aussi parce que ce conflit continue de heurter la conscience politique des Arabes et des Européens. Au sud de la Méditerranée, l’injustice historique infligée aux Palestiniens est constitutive de la formation d’une conscience arabe moderne, indépendamment de la religion et de la nationalité. Au nord, l’enjeu ne se résume pas à la résolution d’un “conflit de basse intensité” ou d’une querelle de territoire. Il renvoie à la responsabilité historique des Européens d’aider l’Etat israélien né des décombres de la Seconde Guerre mondiale à s’insérer à long terme dans son environnement régional. Nous ne nous pardonnerions pas de voir Israël sombrer, ni dans le chaos ni dans l’apartheid”, assurent t-ils.

En 2017, le candidat socialiste avait promis au chef de l’entité terroriste Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, de reconnaître la “Palestine” en cas de victoire à la présidentielle.

Benoît Hamon, soutien de longue date de la “cause” palestinienne, est l’un des principaux instigateurs de la reconnaissance en 2014 d’un État palestinien par l’Assemblée nationale.

Selon Le Canard enchaîné, l’élu aurait affirmé que cette initiative anti-israélienne est “le meilleur moyen pour récupérer notre électorat des banlieues et des quartiers”.

Éric Hazan – © Le Monde Juif 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *