IL N’Y AURA PAS DE LUTTE CONTRE L’ANTISÉMITISME EN FRANCE

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

IL N’Y AURA PAS DE LUTTE CONTRE L’ANTISÉMITISME EN FRANCE

lettre de Paris, 1

Par Shmuel Trigano

A l’occasion d’un court séjour en France, j’ai découvert avec stupéfaction que, finalement, rien n’y a changé depuis le début des années 2000. Ce jugement a quelque valeur, je crois, à la lumière de ce que j’avais entrepris avec quelques amis dès le début des années 2000 avec l’Observatoire du monde juif (obs.monde.juif.free.fr) et la revue Controverses(controverses.fr) sans compter plusieurs livres d’analyse de la situation[1].

Je fais tout d’abord référence au discours médiatique sur les événements de Gaza . Inutile de dire que, vu d’Israël, on ne peut être que stupéfait par la façon française de voir les choses, ou, plus exactement, de les falsifier ou, plus sournoisement et avec perversité, de les travestir. J’ai même entendu sur BFM (“Radio Macron”) un commentateur comparer la répression israélienne des tentatives du Hamas de forcer la frontière israélienne, avec la gestion (sans mort!) par Macron de l’émeute des casseurs dans la manifestation qui venait d’avoir eu lieu çà Paris. Macron, lui même, évoque à propos des actes de guerre du Hamas, le droit de manifester!

Quelque chose ne tourne pas rond dans la tête des élites françaises. A moins qu’elles ne jouent au plus fin. On pourrait leur rétorquer que leur traitement de ces événements est “disproportionné” et qu’on attend de les voir à l’épreuve lorsque se produira une attaque de 100 000 “refugiés” qui chercheraient à forcer la frontère française pour y commettre des actes de guerre. Accueil avec des fleurs comme en Allemagne?

La source de l’AFP

Mis à part l’explication de cet état de faits qui met en lumière ce syndrome de la psyché collective qui vise à se mentir à soi même en mentant à tous les autres (une posture qui s’accompagne toujours de la désignation d’un bouc émissaire par qui le scandale arrive), un système idéologique est à l’œuvre en France qui explique comment celà se passe. Il concerne la communication publique, c’est à dire la machine qui transforme les faits bruts en récits. et dont le produit fini impulse dans les esprits et l’opinion publique une interprétation de la situation qui, pour les esprits incompétents, c’est à dire la majorité, fait corps avec les faits.

C’est une réalité que nous avons bien analysée depuis 18 ans en la démontrant par A+B.  En France, tous les médias sont informés sur le Moyen Orient par l’intermédiaire de l’AFP et cette dernière a résolument adopté dans sa façon de construire les événements le point de vue du Hamas et de l’OLP. Il y a, sur ce sujet, un code d’écriture, un modèle de narration que nous avons bien identifiés.

L’atmosphère délétère

Au bout de 20 ans de ce traitement, l’esprit public est infecté. Un fait nous le confirme, mesuré par le sondage de l’UEJF: 53% des Français associent le sionisme au “complot juif”, le schéma absolu de l’antisémitisme moderne. C’est un fait extrêmement grave, dont les Juifs français de ce jour ne semblent pas se soucier. Croient-ils qu’en ayant changé d’appartement et de quartier ils échapperont au problème? ou en se mentant à eux mêmes en rejoignant le corps idéologique global qui fait tout pour que les Juifs (officiels) ne “caftent” pas et tirent un voile consensuel sur la réalité des faits. Pour qu’ils jouent le jeu eux aussi.

L’atmosphère délétère ainsi installée crée un environnement par principe hostile aux Juifs (sans que nécessairement il y ait passage à l’acte: ouvrez simplement la télé ou la radio pour vous y baigner). Les 53% de l’opinion montrent que le milieu social concerné va bien au delà des milieux islamistes: il s’est étendu à une grande partie de la société française. Qui dit soupçon de complot, dit soupçon diffus, délégitimation, vilification de tout acte des individus juifs et bien plus, car l’idée de complot” associé à l’idée de “sionisme”, désigne en effet dans l’image même, l’idée que les Juifs font bloc, ce qui implique toute condition collective juive et donc la “communauté juive”. C’est une  accusation collective des Juifs qui est en jeu. Sionisme veut dire en fait “communauté juive française”. La chose est vraie objectivement quoique dans une autre perspective car, depuis la deuxième guerre mondiale, au sortir de Vichy, les Juifs n’ont trouvé la force de reprendre la vie juive, dans une France qui avait décrété qu’ils appartenaient à un peuple étranger, qu’en puisant des forces symboliques dans le sionisme qui démontrait au sortir de la guerre qu’il pouvait y avoir un destin collectif juif ne serait pas tragique mais digne et positif.

Cet environnement hostile à “Israël” (= aux Juifs)  libère naturellement, en les autorisant moralement et sociologiquement, les passages à l’acte des islamistes et une inimitié ambiante dans les milieux musulmans qui baignent par l’intermédiaire des pays dont ils sont originaires et par les télévisions moyen orientales dans un océan de haine antisémite. Ceci est de l’ordre du constat (voir le site Memri et Palestinian Media Watch) et non du jugement,  amplement démontré depuis 20 ans. Pour “venger “les enfants de Gaza” (dixit), Merah n’avait qu’à suivre les “événements” sur la télévision française pour en concevoir le projet[2]. A ce propos, avez-vous remarqué cette quête médiatique de “l’enfant victime” comme ressource théatrale du scandale moral? Quand il n’existe pas, on l’invente (comme le récit sur l’enfant Al Durah de France2). Le Juif “tueur d’enfants”, nous avions consacré 200 pages à l’analyse de ce syndrome aujourd’hui qui dans la mythologie antisémite se nomme “le crime rituel”[3]?

Ce n’est pas seulement de l’ordre de l’opinion

Sur le plan des cadres sociaux, les choses s’aggravent quand on se souvient que l’AFP est une organisation semi gouvernementale en liens avec le ministère des affaires étrangères. La ligne idéologique qu’elle impulse à l’information publique ne peut être que concertée avec le pouvoir d’Etat.  Sous ce jour-là la situation apparaît encore plus gravissime. On sait certes, par les historiens, que le Quai d’Orsay n’a pas de sympathie pour l’Etat d’Israël et a fortiori le sionisme, et qu’il tient à sa “politique arabe” comme à la prunelle de ses yeux. Mais, là, il y a un hic: “la politique arabe de la France” ne concerne plus seulement l’extérieur mais, depuis une trentaine d’années la scène intérieure, la société française elle même. De toutes façons avec l’unification européenne l’interpénétration de l’intérieur et de l’extérieur est une évidence, sous le jour notamment de la vague d’immigration des pays d’islam. Il y a forcément une interaction entre la façon dont la France gère l’islam et les populations originaires du monde arabe, en France, et sa politique arabe,envers les Etats arabes, et donc son traitement d’Israël. “Jeter du lest” sur Israël (dont on ne craint rien), en pratiquant le “Israel bashing” ne peut qu’apporter un répit  – c’est ce que les élites escomptent tout à fait erronément – sur le plan de la pression islamique (réélle ou supposée) à l’intérieur. “Israël” comme le “sionisme” permettent justement de dissocier les Juifs de l’Etat d’Israël, ce qui rend “moralement” recevable la critique abusive d’Israël. Eh quoi n’a-t-on pas le droit de critiquer Israël? La réponse est non si cette critique se fait en fonction de doubles standards de jugement.  Ainsi Mohamed Merah, un terroriste né en France, tue des enfants juifs français pour venger “Gaza”, les “enfants” de Gaza. Ainsi on peut être antisioniste sans être antisémite: l’apparence est sauve.

Que cette stratégie soit illusoire a été démontré au regard des Juifs mêmes: l’erreur capitale du gouvernement Jospin d’avoir décidé de ne pas condamner et réprimer les 500 agressions qui avaient courament lieu en France, a ouvert la voie à la révolte des banlieues puis, bien plus tard, à l’apparition d’un terrorisme islamiste français, sui generis, et demain à quoi? La fameuse (?) lettre de Pascal Boniface au parti socialiste de “laisser tomber” les Juifs pour flatter l’électorat musulman montre que ce misérable calcul est présent à tous les niveaux de la vie publique. Dans la meilleure des expressions de ce syndrome, et peut être de façon plus nocive, c’est quand on établit une équivalence des Juifs et des musulmans dans tout traitement social pour “prouver” l’égalité des musulmans à tous les Français (un besoin lui même douteux).Dans cette configuration, c’est l’élément Juif qui joue le rôle de l’égaliseur des musulmans avec les citoyens français (ce qui ne fait qu’accentuer la jalousie de l’opinion musulmane).

Y-at-il donc un antisionisme de fait dans le système politique et social français? C’est la question à laquelle il faut répondre. En quoi influe-t-il sur la condition publique des Juifs français? Se voient-ils poussés à se dissocier d’”Israël” (devenu objet mythique et délirant) pour être “légitimes”?  C’est ce que montrent objectivement depuis 20 ans  certaines figures publiques d’origine juive, des “intellectuels”, quand elles dénoncent Israël à la vindicte publique pour rester dans le cercle des “gens biens”, “invités des plateaux de télévision. En les replaçant dans le contexte que nous avons décrit, on ne peut que comprendre qu’ils s’alignent sur la pression “antisioniste” en choisissant de “jeter du lest”, eux aussi, en se dissociant de “mauvais juifs” désignés à la cantonnade, promis au lynch médiatique en un pitoyable spectacle!

Le moment Macron: retour au “conflit importé”

La profession de foi répétée par le président de la République ces derniers temps, “le discours antisémite, ce n’est pas la France”, est bien gentille mais pas crédible. C’est de l’ordre d’un pieux souhait. Et on en comprend la logique quand Macron a le front de  déclarer à Whashington que “l’antisémitisme est le résultat d’un conflit importé”.

Effectivement, si l’antisémitisme n’est pas franco-français, il ne peut qu’être étranger et frapper une France innocente. Du coup, le discours de l’AFP et l’opinion publique majoritaire pensent bien et Israël est ou peut ou doit être responsable de cet état de faits. Ainsi juifs comme musulmans souffriraient de ce qu”Israël fait aux Palestiniens” “le peuple en danger”.  Il est doublement coupable (sur le terrain et sur ce qui se passe en France) et les musulmans sont ici comme là bas sans responsabilité si bien que les Juifs (français) doivent faire un effort en montrant combien ils sont “pluralistes” et conciliants (cf. le dialogue “inter religieux où l’Etat les embrigade d’office), en montrant combien ils ne se comportent pas comme les Israéliens. et se dissocient d’eux, ce qui est la condition pour se farie accepeter par les musulmans qui se sentent légitimement offensés par “ce que fait Israël”. Du coup, la chose s’accompagen du mythe mensonger de l’Andalousie islamique, proposée come modèle à la “République”. Ce qui revient à un désaveu radical de la civilisation et de l’existence israéliennes, sortie de la pseudi “convicence des trois religions” sous la houlette de la Sharia et du statut de dhimmi. Je viens de résumer en quelques lignes ce qui se trame dans la notion de “conflit importé”.

Tout celà est une belle “mécanique” idéologique bien huilée qu’on peut résumer ainsi :

1)C’est un conflit importé

2)Israël est responsable de cet état de faits

3)Les Juifs sont criticables parce qu’ils sont sionistes

4)les agresseurs français ne sont pas coupables- on peut même les comprendre (cf. Hubert Védrine en 2001)

5) les Juifs français doivent faire la preuve qu’ils sont pacifiques

6)le “dialogue des religions” va en être l’occasion

7) les Juifs donneront satisfecit et légitimation aux musulmans

8) on condamnera avec des formules toutes faites (la République ne serait pas la République…) l’antisémitisme

9)On continuera à dénigrer Israël très officiellement.

Le discours présidentiel est ainsi un véritable déni de ce qui se passe depuis 20 ans et qui indique qu’il n’y a pas de changement véritable de politique “juive” depuis Jospin, qu’il n’y aura pas de combat véritable contre l’antisémitisme si ce n’est des raccommodages, des replâtrages et beaucoup de pathos et de compassion pour les “victimes”, pas seulement juives. L’innocentement des uns se paie toujours de l’accusation des autres et il n’a pas fallu beaucoup de temps pour le voir, avec le communiqué de l’Elysée suite à l’agression du Hamas à Gaza (le 28 mai 2018)

Le Président de la République a fait part de la vive préoccupation de la France sur la situation à Gaza, à Jérusalem et dans les villes palestiniennes. Il a déploré le grand nombre de victimes civiles palestiniennes à Gaza aujourd’hui et ces dernières semaines. Il a condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants. Il a appelé tous les responsables à la retenue et à la désescalade et a insisté sur la nécessité que les manifestations des prochains jours demeurent pacifiques“. En somme, bien sûr, Israël est autant coupable que le Hamas agresseur et terroriste, mais aussi les escadrons de civils instrumentalisés ou de terroristes du Hamas déguisés en civils, lancés contre la clôture de la frontère étaient des “manifestants”! La boucle est bouclée. Autant de raisons de haïr cet Israël inhumain.

Cependant, le déni de la réalité de l’antisémitisme en France s’adosse à un autre déni de la situation globale de la France sous la menace terroriste islamiste qui recrute dans le milieu de l’islam français et pas à l’international, ce qui est la chose la plus grave pour la France.  On pourrait définir cet état de fait comme une guerre interne, une guerre civile dans laquelle une partie de la population prend les armes (de guerre) contre une autre partie de la population, en fait toute la population française. Le déni de cette sombre réalité, sans doute trop dure à affronter pour une élite défaillante, vise à éviter la confrontation, voire même éviter de nommer l’ennemi comme on le remarque de plus en plus tant c’est évident. Il n’existe pas! Ici aussi il est “importé”. En ne ciblant pas l’identité de l’assaillant, en ne l’identifiant pas mais aussi en adoptant la raison qu’il invoque pour “légitimer” ses agressions ( à savoir l’inhumanité d’Israël) – tout en condamnant le passage à l’acte (à savoir le terrorisme) ! – on croit “arrondir” les angles alors qu’on ne fait qu’aggraver le comportement (le terrorisme) qui va avec  la raison invoquée pour le légitimer. L’ancien ambassadeur d’Israël à Washington, désormais député du parti Koulanou, Michael Oren a bien compris la contradiction interne à la position française, toutefois sans en comprendre la nature “dialectique”:  « Honte à la France pour apporter son soutien à cela. Le gouvernement français ne peut pas dire qu’il est contre l’antisémitisme et voter en faveur de cette décision antisémite (la résolution du Conseil de sécurité sur Gaza) ».

On se demande ce qui est le plus grave, cette auto-tromperie des élites françaises, ce déni de la réalité française ou le déni de l’antisémitisme. Car ce dernier se manifeste dans une société qui choisit l’esquive et l’abandon plutôt que la confrontation avec le réel. C’est à dire inéluctablement la désignation d’un bouc émissaire…

Par Shmuel Trigano

Photos journal

————————

[1] Cf. Le dernier en date sur ce sujet, Quinze ans de solitude, Juifs de France 2000-2015, Editions Berg international, 2015.

[2] Voir l’impact aujourd’hui même (autour du   29 mai 2018 ), dans un communiqué du BNVCA qui relate les faits suivants ( visibles via le lien   http://europalestine.com/spip.php?article14346&debutencart4=1 ) rapportés par Le Monde Juif: ” Un homme se disant musulman exerce un scandaleux chantage sur le personnel de Carrefour et déclare  “C’est inadmissible! […] On est des consommateurs de longue date, ça fait des années qu’on est là, on à un mot à dire il n y a pas que la légalité, il y a aussi l’éthique. Mettre ces produits (les dattes de marque SUN supposée israélienne) est un affront aux consommateurs de confession musulmane”, a-t-il affirmé dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux. “Carrefour ne fait pas de politique”, s’est alors défendu le chef de rayon.“Carrefour fait aussi de la politique en prétendant ne pas savoir, je veux être sûr que ce soit enlevé ! Ils sont en train de fusiller des Palestiniens comme des lapins, je ne suis pas là pour financer la tuerie israélienne ou l’occupation israélienne. C’est le minimum qu’on puisse faire en tant que consommateur responsable”, a poursuivi ce musulman pro-BDS. Des faits semblables se sont produits dans d’autres magasins commis par un autre musulman au Carrefous Bobigny  ou par Capjpo http://www.europalestine.com/spip.php?article14231 (fin du communiqué du BNVCA.

[3] Controverses, n°10, mars 2009, cf. tout le dossier: http://controverses.fr/Sommaires/sommaire10.htm

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

One thought on “IL N’Y AURA PAS DE LUTTE CONTRE L’ANTISÉMITISME EN FRANCE

  1. jeannine zimner Reply

    C’est exactement ce que j’écrivais lors de mes précédents commentaires, il n’y a plus aucun espoir de vivre heureux dans un pays , qui une fois de plus, une fois de trop livre Le peuple juif à la potence.
    France , tu nous trahis encore. Le coup de bâton sera très difficile pour toi. Mais je n’aurais aucune larme.
    France De mon enfance, tu es morte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *