Le BNVCA salue le discours de vérité du Député François Pupponi et sa lucidité sur le danger de l’islam politique et de la haine d’Israël dénoncés depuis longtemps par le BNVCA.

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme salue les déclarations de Monsieur François Pupponi, Député du Val d’Oise, ancien Maire de Sarcelles qui reste l’un des rares hommes politiques français à dire la vérité sur l’islam politique. L’islamisme s’empare de quartiers entiers, accuse les français d’islamophobie pour  imposer à la société française son mode de vie, sa tradition, sa culture son style vestimentaire.

Le BNVCA félicite Mr François PUPPONI pour son discours de vérité et de lucidité, lors de ses interventions sur Europe 1, à l’invitation de Patrick Cohen, sur France 2 Télématin, « les 4 vérités » (invité de Caroline Roux) et Benjamin Petrover sur I24 News ainsi que pour son livre « La France d’en dessous Banlieues Chroniques d’un aveuglement » paru aux éditions Cerf.

Depuis sa création en 2002 et dès l’apparition des actes antisémites, le BNVCA n’a eu de cesse d’alerter les autorités et l’opinion quant à la responsabilité des islamo gauchistes et des musulmans extrémistes, à propos des menaces mises à exécution, par des terroristes, considérés souvent par la justice comme des malades mentaux.

Ces derniers brûlent des synagogues, incendient des écoles juives, agressent des Rabbins, des enfants des femmes juives dans la rue, assassinent des élèves dans leur école juive de Toulouse, comme Myriam Monsonégo, les petits enfants Sandler et leur père.

  Les dispositifs de vidéo surveillance installés afin de protéger les   synagogues, centres communautaires, écoles, ainsi que les patrouilles du Plan Sentinelle, ont amené les antijuifs à s’attaquer aux personnes.   

Depuis, ces antijuifs prétendus malades mentaux, ont tué des juifs français comme Sébastien Sellam, Sarah Halimi, Mireille Knoll, au sein même de leur appartement.

De plus, les préjugés du juif riche, les ont conduit à violenter dans leur domicile la famille Bensignor, la famille Pinto, et à kidnapper Ilan Halimi, le torturer et le tuer. 

 L’antisémitisme se développe au plus près de la résidence des juifs, dans leur voisinage, ou dans leurs commerces. Nous rappelons les attaques à la grenade de l’épicerie cachère Naouri de Sarcelles, ou encore l’attaque terroriste meurtrière de l’Hypercacher de la Porte de Vincennes, ou quatre clients juifs ont été abattus. 

Pour autant, l’ancienne forme d’antisémitisme tend à se réveiller, et les auteurs, fanatiques du 3ème Reich profanent des cimetières, saccagent des tombes juives, notamment dans les Villages et les Villes des Départements de l’Est de la France et autour de Strasbourg. A ce jour, ils n’ont encore commis aucune violence physique.

Nous constatons que reprenant les vieux poncifs antisémites, Islamistes, “palestinistes” et néo nazis, expriment leur haine du juif sur internet. Les Dieudonné, Soral, Zeon, Blanc etc continuent de sévir sur la toile malgré les condamnations judiciaires dont ils ont été l’objet.

Tout cela est pourchassé et combattu par le BNVCA qui a créé son observatoire de l’antisémitisme en ligne.

Ce phénomène est exposé à la fois par le député François PUPPONI, ou par le Grand Rabbin de France Mr Haïm KORSIA qui s’est ‘exprimé dans le quotidien le Parisien et mis en garde contre  “la mutation du virus de l’antisémitisme”.

Le BNVCA soutient depuis toujours que l’incitation à la haine d’Israël promue par les activistes du mouvement illégal BDS, de même que la présentation mensongère et caricaturale, comme la détestation de l’Etat juif, sont la source essentielle du passage à l’acte anti juif.

L’antisémitisme qui apparaît aux USA tend à confirmer notre argumentation, Ainsi, depuis que les élus démocrates ont un discours négatif sur Israël et son gouvernement, les attentats antijuifs se succèdent. 

Cette situation vécue en France depuis plus de 20 ans, conduit les juifs de France à s’exiler soit vers Israël, soit vers le Canada ou les USA. Le plus grand nombre des franciliens quant à eux se sont déplacés vers des villes plus sereines, comme Paris 17ème et 16 ème ou Levallois, Neuilly pour le 92 ou Vincennes et Saint Mandé pour le 94, Le Raincy, Gagny, Pantin, Les Lilas, Pré st Gervais, Epinay sur Seine pour le 93.

Les communes abandonnées sont pour la majorité d’entre elles celles qui ont été ou sont dirigées par des élus communistes, ou gauchistes, pro palestiniennes et adeptes du boycott de l’Etat juif sous toutes ses formes.

La ville de Sarcelles, souvent considérée comme le symbole de la ville juive de France, n’est pas épargnée. Elle s’est réduite à un quartier proche de la grande synagogue où se sont regroupés les juifs de cette ville lorsqu’ils ne se sont pas déplacés vers Saint Brice ou Enghien (95).

La ville de Créteil autre métropole, où vit une forte communauté n’a pas été épargnée elle aussi, a subi des actes antijuifs violents, prises d’otages, incendies, agressions etc.

Il en est de même pour les villes proches de Lyon comme notamment Villeurbanne qui s’est dépeuplée, tout comme les banlieues de Marseille, (La Pomme, La Rose), ou de Nice.

Le BNVCA est sollicité chaque jour par les victimes ou les témoins d’actes antisémites sur son site https://www.bnvca.org/ ou sur sa hot line 06 63 88 30 29.  

Nous poursuivons en justice les auteurs antijuifs et les activistes de BDS devant tous les Tribunaux de l’hexagone.

Nous attendons avec impatience, des hommes politiques, qui comme leur collègue François PUPPONI, prennent réellement conscience de la mutation du virus antisémite, comme l’a décrit le Grand Rabbin KORSIA, et agissent efficacement pour arrêter cette épidémie islamiste et salafiste qui empoisonne notre pays et le divise. 

Il convient de reconnaître que malgré toutes les mesures prises par l’Etat, l’antisémitisme persiste et se répand.

Alors que les juifs de France représentent moins de 1 % de la population française, ils sont victimes de plus de 50 % d’actes racistes.

Bien qu’ils fassent tout pour se rendre transparents, se cacher et faire disparaître leurs signes distinctifs, ils sont repérés et agressés. Leur mezouza autrefois fixée à l’extérieur de la porte de leur domicile, celle-ci est désormais mise à l’intérieur pour éviter qu’elle ne soit à nouveau arrachée ou souillée.

Nous considérons que la peur que ressentent les juifs, le malaise qu’ils vivent au quotidien et qui désormais atteint aujourd’hui la société française dans son ensemble doit rapidement changer de camp. 

Le BNVCA souligne que les jeunes juifs de moins de 20 ans sont nés avec cet antisémitisme, que leurs anciens croyaient avoir vaincu.

Pour mieux combattre ce fléau le BNVCA s’attèle à faire des propositions aux représentants de l’État, à tous les Élus, Sénateurs et Députés aux fins de modifier la loi concernant « l’irresponsabilité pénale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *