Le BNVCA tient à féliciter le Centre Simon Wiesenthal et tout particulièrement Monsieur Shimon Samuels pour l’accord conclu avec la Principauté de Monaco

Le ministre d’État de Monaco accorde au Centre Wiesenthal un accès complet aux archives liées à l’Holocauste
 
 «Nous avons commis l’irréparable … Des femmes, des hommes et des enfants ont fui vers nous … Nous ne les avons pas protégés comme c’était notre responsabilité … ils étaient venus chez nous chercher refuge, pensant qu’ils avaient trouvé un accueil neutre … Dire cela aujourd’hui, c’est reconnaître un fait. Le dire aujourd’hui, ici et devant vous, c’est demander pardon. »
 
Jérusalem, 24 janvier
 
En marge du «5e Forum mondial de l’Holocauste» à Jérusalem, auquel ont participé des représentants de 49 États, le Centre Simon Wiesenthal et la Principauté de Monaco se sont rencontrés pour discuter de coopération.
 
Le directeur des relations internationales du Centre, le Dr Shimon Samuels, a noté «sa campagne pour accéder aux archives liées à l’Holocauste et indemniser tardivement les survivants et les familles des victimes, expulsés de Monaco».
 
Lors de leur réunion, le ministre d’État de Monaco, Serge Telle, a montré une politique de porte ouverte en offrant un accès aux domaines de préoccupation du Centre, notamment:
– Saisie d’objets de valeur;
– Comptes bancaires et coffres bloqués;
– Vol d’objets d’art, collections de livres, instruments de musique, etc .;
– Ventes aux enchères d’actifs et de biens juifs;
– Indemnisation pour spoliation et «aryanisation» des entreprises.
Le ministre d’État Telle a encouragé le Centre Wiesenthal “à nommer un chercheur professionnel pour commencer, espérons-le en mars 2020, l’identification des matériaux connexes”, a déclaré Samuels.
 
Le Centre a souligné que «ce projet contribuera à fournir une fermeture tant attendue aux familles des victimes et à Monte Carlo de rendre sa dette morale à l’histoire».
 
Le ministre d’État a déclaré: «Nous avons commis l’irréparable … Des femmes, des hommes et des enfants ont fui vers nous … Nous ne les avons pas protégés comme c’était notre responsabilité … ils étaient venus nous chercher refuge, pensant qu’ils avaient trouvé un accueil neutre … Dire cela aujourd’hui, c’est reconnaître un fait. Le dire aujourd’hui, ici et devant vous, c’est demander pardon. »
 
  Le ministre d’État de Monaco accorde au Centre Wiesenthal un accès complet aux archives liées à l’Holocauste  «Nous avons commis l’irréparable … Des femmes, des hommes et des enfants ont fui vers nous … Nous ne les avons pas protégés comme c’était notre responsabilité … ils étaient venus nous chercher refuge, pensant qu’ils avaient trouvé un accueil neutre … Dire cela aujourd’hui, c’est reconnaître un fait. Le dire aujourd’hui, ici et devant vous, c’est demander pardon. » Jérusalem, 24 janvier En marge du «5e Forum mondial de l’Holocauste» à Jérusalem, auquel ont participé des représentants de 49 États, le Centre Simon Wiesenthal et la Principauté de Monaco se sont rencontrés pour discuter de coopération.   Le directeur des relations internationales du Centre, le Dr Shimon Samuels, a noté «sa campagne pour accéder aux archives liées à l’Holocauste et indemniser tardivement les survivants et les familles des victimes, expulsés de Monaco».   Lors de leur réunion, le ministre d’État de Monaco, Serge Telle, a montré une politique de porte ouverte en offrant un accès aux domaines de préoccupation du Centre, notamment: – Saisie d’objets de valeur; – Comptes bancaires et coffres bloqués; – Vol d’objets d’art, collections de livres, instruments de musique, etc .; – Ventes aux enchères d’actifs et de biens juifs; – Indemnisation pour spoliation et «aryanisation» des entreprises …   image.jpeg Shimon Samuels avec Serge Telle Le ministre d’État Telle a encouragé le Centre Wiesenthal “à nommer un chercheur professionnel pour commencer, espérons-le en mars 2020, l’identification des matériaux connexes”, a déclaré Samuels.   Le Centre a souligné que «ce projet contribuera à fournir une fermeture tant attendue aux familles des victimes et à Monte Carlo de rendre sa dette morale à l’histoire».   Le ministre d’État a déclaré: «Nous avons commis l’irréparable … Des femmes, des hommes et des enfants ont fui vers nous … Nous ne les avons pas protégés comme c’était notre responsabilité … ils étaient venus nous chercher refuge, pensant qu’ils avaient trouvé un accueil neutre … Dire cela aujourd’hui, c’est reconnaître un fait. Le dire aujourd’hui, ici et devant vous, c’est demander pardon. » Pour plus d’informations, contactez Shimon Samuels à [email protected] ou visitez www.wiesenthal-europe.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *