L’Egypte et la Turquie bientôt en guerre en Libye?

L’Egypte et la Turquie pourraient-elles se diriger vers une guerre en Libye?

Le conflit libyen est complexe, mais dans sa forme la plus élémentaire, il s’agit d’une guerre par procuration.

Par SETH J. FRANTZMAN

Des membres du gouvernement libyen internationalement reconnu affichent des signes de victoire après avoir pris le contrôle de la base aérienne de Watiya, au sud-ouest de Tripoli, en Libye, le 18 mai 2020. (crédit photo: REUTERS / HAZEM AHMED)

Des membres des forces du gouvernement libyen reconnu par l’ONU affichent des signes de victoire après avoir pris le contrôle de la base aérienne de Watiya, au sud-ouest de Tripoli, en Libye, le 18 mai 2020. (crédit photo: REUTERS / HAZEM AHMED)

La Turquie a intensifié son intervention militaire en Libye ces derniers mois, en envoyant des navires au large des côtes, des avions pour amener des armes, des mercenaires et des drones armés dans le pays.

Il s’agit manifestement de soutenir le gouvernement de Tripoli qui mène une guerre civile contre les forces de l’est de la Libye. Mais cela fait en fait partie du désir de la Turquie de jouer un plus grand rôle dans l’exploration énergétique en Méditerranée et vise à affaiblir les forces d’opposition soutenues par l’Égypte. En réponse, le président égyptien a laissé entendre lors d’une visite d’une énorme base militaire samedi, que l’Égypte pourrait intervenir.

Le conflit libyen est complexe, mais dans sa forme la plus élémentaire, il s’agit d’une guerre par procuration. Elle a également des ramifications pour toute la région, une charnière sur laquelle tournent tous les pouvoirs de la Turquie, de l’Égypte, des Émirats arabes unis, de la Russie et du Qatar.

L’Iran, la Grèce, l’Italie et la France regardent tous attentivement. L’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Russie et peut-être la France et même la Grèce soutiennent Haftar. La Turquie et le Qatar soutiennent Tripoli. Ils ont envoyé des milliers de pauvres rebelles syriens combattre en Libye. La Turquie a également utilisé la Libye comme terrain d’essai pour ses drones armés. La Turquie a récemment mené des exercices navals avec l’Italie et s’est presque heurtée à la France en mer dans un incident sur lequel l’OTAN enquête.

Ankara montre ses muscles. Il publie des cartes montrant sa prétention à une vaste bande de la Méditerranée qui a coupé l’espace maritime de la Grèce et de Chypre. Il se vante d’envoyer des F-16 et des avions-cargos au large des côtes libyennes. Il a également cherché à forcer la main de l’OTAN et pousser les États-Unis à intervenir en Libye.

Ce sont des enjeux importants maintenant. L’Égypte a soutenu le général Khalifa Haftar, qui a fui le régime libyen de Kadafi il y a des décennies et a vécu aux États-Unis. Il est retourné en Libye pour mener une offensive qui a pris Benghazi et l’est du pays, jurant de le débarrasser des terroristes. Il ne faut pas oublier que la Libye est tombée en plein chaos après que l’intervention dirigée par les États-Unis a renversé le dictateur brutal Mouammar Kadaffi en 2011.

L’ambassadeur américain Christopher Stevens a été assassiné par des djihadistes en septembre 2012, qui l’ont pratiquement brûlé vif en l’enfumant à la grenade avant de le faire évacuer, à moitié mort, de la pièce sécurisée où il s’était réfugié pour échapper à ses assaillants, en attente de renforts. Les États-Unis se sont éloignés et la Libye est tombée dans des batailles rangées entre extrémistes, milices locales, tribus et groupes appuyés, d’une part, par les Qataris et, de l’autre côté, soutenus par les Émirats arabes unis. Du chaos ont surgi les deux camps qui s’affrontent aujourd’hui : le gouvernement de l’Accord national (GNA) à Tripoli, une confédération lâche de différents groupes, dont certains sont liés aux Frères musulmans et au soutien turc. Le parti au pouvoir en Turquie a ses racines dans le mouvement des Frères musulmans.

L’Égypte, dont le chef actuel, le général Abdel Fatah al-Sisi, a chassé du pouvoir les Frères musulmans en 2013 en Égypte, promettant d’apporter la stabilité, a soutenu Haftar.

Haftar apporterait à la Libye le même type de règle militaire et conservatrice que l’Égypte et les monarchies du Golfe. La domination de la Turquie entraînerait le genre d’instabilité et d’extrémisme qu’elle a exportés vers Idlib et d’autres régions qu’elle a envahies dans le nord de la Syrie. Les deux systèmes semblent ignorer les Libyens moyens qui sont pris au milieu de près de 10 ans de guerre. Les deux parties se sont accusées mutuellement de violations des droits de l’homme. Mais la Turquie s’est montrée plus apte à déplacer des armes et des technologies de défense en Libye. Ses drones Bayraktar ont vaincu la défense aérienne russe Pantsir fournie par les Émirats arabes unis. C’est ce qui a repoussé Haftar.

Le président égyptien signale maintenant d’éventuelles lignes rouges en Libye. Cette ligne pourrait permettre au GNA soutenu par la Turquie de garder Syrte et un aérodrome stratégique à Jufra. Le pays serait divisé au milieu. L’Égypte a une armée massive, mais c’est aussi une armée essentiellement qui n’a pas eu l’occasion de tester ses capacités sur les champs de bataille étrangers.

L’Égypte combat les terroristes dans le Sinaï depuis des années et ne les a pas vaincus. Cependant, la Turquie envoie son armée en Syrie depuis des années, principalement pour combattre le Parti des travailleurs du Kurdistan. Mais en février, les forces turques se sont affrontées avec le régime syrien et ont détruit leurs véhicules blindés et leur défense aérienne. La Turquie a également récemment envahi le nord de l’Irak, lors d’une nouvelle opération. La marine turque a été plus agressive envers les Français, qui soutiendraient Haftar, et les Grecs, qui travaillent avec l’Égypte. Les F-16 turcs et les avions de combat de l’OTAN ont également été plus agressifs. À quand remonte la dernière fois où l’Égypte a dû affronter une autre véritable force aérienne? Pas depuis des décennies.

Sur le papier, les forces armées de la Turquie et de l’Égypte sont bien assorties. Les deux ont des F-16 et des centaines d’avions de chasse. L’armée égyptienne est la 9e plus forte au monde sur le papier avec des milliers de chars. On pense que les forces armées turques sont les 11es les plus puissantes au monde. Les deux pays utilisent des systèmes d’armes occidentaux liés aux États-Unis ou à l’OTAN. Le travail de la Turquie avec l’OTAN le rend probablement plus efficace que l’Égypte.

Les deux pays sont enlisés dans des campagnes de contre-insurrection. L’Égypte est proche de la Libye et peut facilement déplacer une brigade blindée ou des troupes en première ligne. La Turquie devrait les transporter par avion et elle préfère probablement utiliser des mercenaires rebelles syriens pour faire son sale boulot. Cela opposerait les Syriens légèrement armés et leurs alliés libyens aux Libyens également légèrement armés de l’Armée nationale libyenne (LNA) de Haftar, appuyés par des forces ou des avions égyptiens. La Russie possède déjà des avions dans l’est de la Libye.

Le président égyptien a désormais ouvertement laissé entendre que l’armée pourrait être utilisée sur un sol étranger. Son objectif est d’amener les États-Unis à prendre au sérieux sa demande de cessez-le-feu. La Turquie a déclaré qu’elle allait construire de nouvelles bases militaires en Libye et s’est vantée d’avoir maintenant des bases dans neuf pays.

La Turquie essaie de montrer qu’elle maîtrise la Méditerranée orientale et contrôle également la politique américaine en Syrie, en Libye et en Irak. La Turquie a exigé que l’administration Trump fasse davantage en Libye et le rôle de la Russie a encouragé les États-Unis à s’inquiéter. Cela signifie que les États-Unis sont dans une position délicate. Ils veulent s’opposer à la Russie, mais l’Égypte est un partenaire proche des États-Unis. La Turquie tente de faire chanter les États-Unis.

La Turquie achète des S-400 à la Russie et essaie de prétendre que si les États-Unis n’agissent pas en Libye, la Turquie pourrait causer des problèmes aux forces soutenues par les États-Unis dans l’est de la Syrie, ou la Turquie pourrait propager l’instabilité en Irak, où elle bombarde des zones kurdes du nord. Tout ce que l’Égypte peut faire, c’est dire qu’elle pourrait intervenir pour que Washington prenne ses prétentions au sérieux. Mais Trump a fait savoir qu’il ne voulait pas d’une plus grande implication au Moyen-Orient et «dans des endroits éloignés».

L’Égypte a déjà agi en Libye. Il a effectué des frappes aériennes après des attaques en Égypte et contre des Égyptiens. Mais l’Égypte n’a pas envoyé de chars et d’équipement militairement importants.

Néanmoins, le discours de samedi de Sissi aux soldats est une étape majeure. Le 9 juin, le président turc a déclaré qu’il était parvenu à un accord avec les États-Unis sur la Libye. Les États-Unis avaient mis en garde contre une ingérence étrangère en Libye le 20 mai. La déclaration de mai est intervenue après que le GNA a pris la clé de la base aérienne de Watiya le 18 mai. Sissi a rencontré Haftar le 14 avril, le 9 mai et le 7 juin, pour finalement demander un cessez-le-feu. Depuis lors, la Turquie a rejeté le cessez-le-feu le 10 juin et a promis de ne pas rencontrer Haftar qu’Ankara appelle un «seigneur de guerre». La Turquie affirme que Haftar a rejeté neuf accords de cessez-le-feu antérieurs.

Au lieu de cela, Ankara a tendu la main à l’Italie pour soutenir sa propre «paix durable» en Libye, une paix qui prévoit que la Turquie et le GNA contrôlent la Libye. L’Italie s’en soucie car elle veut que le GNA empêche les migrants de traverser la Méditerranée. Le 20 juin, la Ligue arabe a suggéré des pourparlers pour aider à remettre la Libye sur pieds, mais le GNA les a rejetés.

Nous savons maintenant que d’autres processus sont lancés. La Russie, a rapporté Voice of America le 17 juin, a demandé aux États-Unis de travailler avec elle sur la Libye. Le ministre russe des Affaires étrangères a annulé une réunion avec la Turquie le 16 juin, sentant apparemment que la Turquie ne bougerait pas de position sur la Libye et que ce serait une perte de temps. La Turquie s’est directement tournée vers Trump et l’Allemagne d’Angela Merkel, espérant que Merkel atteindrait et convaincrait la France et la Grèce. Merkel est une partisane centrale du régime d’Ankara, vendant des chars Léopard aux Turcs et cherchant également à accueillir des pourparlers en Libye. L’Allemagne paie la Turquie, via l’Union européenne, pourempêcher les réfugiés syriens de venir en Europe.

Ces Syriens sont maintenant envoyés en Libye par la Turquie, donc cela fonctionne en faveur de l’Allemagne. La Russie, pour sa part, pourrait tenter de réchauffer les tensions à Idlib en Syrie pour faire pression sur la Turquie à propos de la Libye. Tous ces conflits et réfugiés sont liés. Entre-temps, les États-Unis, par l’intermédiaire de leurs commandants militaires de l’AFRICOM, ont mis en garde contre la présence des avions de combat russes en Libye les 26 mai et 18 juin.

La grande question est maintenant ce que va faire Sisi. Va-t-il envoyer l’armée ou les États-Unis écouteront-ils les préoccupations de l’Égypte et encourageront-ils un cessez-le-feu? Les États-Unis ont du mal à ne pas suivre les ordres d’Ankara car Ankara peut menacer les forces américaines dans l’est de la Syrie. De plus, il existe un lobby du GNA bien financé à Washington ayant des connexions avec des voix pro-turques qui soutiennent que la politique étrangère des États-Unis au Moyen-Orient doit être enracinée dans toutes les exigences d’Ankara, quoi qu’il dise.

Ce lobby estime qu’Ankara se tournera un jour contre l’Iran et la Russie et que les États-Unis doivent accorder plus de concessions à la Turquie pour que la Turquie cesse de travailler avec Moscou et Téhéran. Curieusement, la Turquie s’est également tournée vers l’Iran pour obtenir son soutien en Libye, offrant un allègement des sanctions à l’Iran pour son aide dans la lutte contre les militants kurdes en Irak et l’aide à la Turquie en Syrie.

Les États-Unis et l’Iran pourraient se retrouver du même côté en Libye via la Turquie. Tout dépend maintenant du Caire. Si le Caire met son empreinte militaire en Libye, il peut faire ce que la Turquie a fait avec succès et en tirer parti pour obtenir des concessions. Pour l’instant, l’Égypte doit regarder devant elle et envisager la prochaine étape. Tout le monde attend également de Washington qu’il ne se contente pas de laisser entendre qu’il soutient à la fois la proposition de cessez-le-feu de l’Égypte et l’approche d’Ankara. Ce qui se passera ensuite affectera également les autres alliés de Washington, à Jérusalem, à Riyad et à Abu Dhabi.

jpost.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *