LETTRE DU PRÉSIDENT JOEL MERGUI A LA PRÉSIDENTE DE FRANCE2 :

Diffusion du reportage « Les estropiés de Gaza »

 

Paris, le 10 Octobre 2018

Objet : Diffusion du reportage « Les estropiés de Gaza »

Madame la Présidente,
J’ai récemment été alerté par de nombreuses personnes inquiètes de la diffusion sur votre antenne d’un reportage intitulé « Les estropiés de Gaza » dans le cadre de l’émission « Envoyé spécial. »
La bande-annonce laisse effectivement apparaître un reportage très engagé à la limite de la partialité, sans autre grille de lecture possible pour le téléspectateur que la condamnation pure et simple d’Israël.
Je m’étonne que France 2 – qui diffuse par ailleurs la source de Vie – prenne le risque d’une programmation qui ne manquera pas d’avoir des répercussions sur la communauté juive de France. Vous n’êtes évidemment pas sans connaître le lien étroit existant entre la résurgence de l’antisémitisme en France et la détestation d’Israël, alimentée par de tels programmes.
Notre communauté porte à ce jour le traumatisme de multiples entreprises de désinformation qui diffusent des préjugés antisionistes à l’origine d’innombrables actes de violence antisémites dans notre pays.
Si le droit d’expression doit demeurer libre et un droit fondamental des journalistes, ceux-ci sont aussi tenus en vertu de leur charte déontologique de respecter la vérité avec l’impératif de ne publier que des informations vérifiées ou accompagnées de réserves.
J’ose donc espérer qu’il sera aussi fait mention dans ce reportage des estropiés d’Israël afin de conserver une certaine objectivité à défaut d’une neutralité que le titre du reportage ne laisse pas transparaître.
En effet, si les estropiés d’Israël ne doivent pas leurs blessures au fait d’avoir été volontairement exposés aux dangers pour servir la propagande, ils n’en sont pas moins les victimes innocentes et réelles de vrais terroristes islamistes, qui servent la même idéologie meurtrière que celle que connaissons hélas en France.
Je laisse donc à votre juste appréciation, la responsabilité de mesurer la pertinence d’une telle diffusion et le soin d’évaluer le respect de votre propre charte déontologique, je me réserve pour ma part le droit d’user de ma propre liberté d’expression pour dénoncer tout ce qui me paraîtrait moralement inacceptable.
Je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de mes salutations distinguées.
Joël MERGUI
Copie à : MM. Frédéric Potier Préfet DILCRAH et Pierre Régnault de la Mothe, conseiller du Premier
Ministre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *