« L’Europe est finie » déclare un grand avocat quittant le Royaume-Uni pour Israël | Times of Israel

“Il est temps de partir”, a déclaré Mark Lewis à ses compatriotes juifs confrontés à la montée de l’antisémitisme en Grande-Bretagne et dans tout le Vieux Continent.

Un avocat britannique de premier plan et son associée ont immigré en Israël cette semaine, en invoquant l’antisémitisme croissant en Europe.

« L’Europe, à mon avis, est finie. Chaque jour, vous voyez des gens se faire attaquer d’une manière ou d’une autre à travers l’Europe », a déclaré Mark Lewis à la Dixième chaîne israélienne, qui couvrait son arrivée avec son associée Mandy Blumenthal à l’aéroport Ben Gurion en Israël.

« Vous voyez des gens se faire assassiner dans des musées en Belgique, des gens se faire assassiner dans des écoles en France, des gens se faire agresser en Angleterre. Il n’y a qu’un seul endroit pour le peuple juif », a ajouté M. Lewis.

M. Lewis, 54 ans, l’un des principaux avocats spécialisés dans la diffamation au Royaume-Uni, a déclaré qu’il a été de plus en plus souvent victime de discours haineux et de menaces parce qu’il était juif, dont des insultes répétées et des menaces de mort sur le net.

La décision de quitter la Grande-Bretagne n’a pas été facile, ont déclaré les associés, mais ils estiment que c’était inévitable. « Nous sommes un peuple errant, et il est temps d’errer à nouveau. Les gens ne veulent tout simplement pas le voir », a dit M. Lewis au sujet de ses compatriotes juifs britanniques.

Mark Lewis, (à droite), et Mandy Blumenthal arrivent à l’aéroport Ben Gurion, le 5 décembre 2018. (Capture d’écran Dixième chaîne)

« Nous avons accéléré notre décision de nous installer en Israël parce que l’antisémitisme est devenu une réalité institutionnelle et acceptée dans la vie courante », a accusé Mme Blumenthal.

« Tant de gens pensent que les Juifs sont responsables de tous les maux du monde ».

Lewis et Blumenthal ont pour la première fois annoncé leur intention de partir pour Israël dans une interview à la BBC en août. Ils ont dit qu’ils connaissaient d’autres personnes qui envisageaient de quitter le pays à cause de l’antisémitisme.

Dans cette interview, les associés ont également critiqué le Parti travailliste (Labour) sous la direction de Jeremy Corbyn pour avoir créé un climat qui permet aux sentiments antisémites de se manifester, et ont catégoriquement réfuté l’affirmation de Corbyn selon laquelle l’antisémitisme n’est pas toléré au sein du parti.

« Jeremy Corbyn a soulevé la pierre, et les antisémites sont sortis de dessous la pierre. Ils n’y retourneront pas », a dit Lewis.

« Il y a eu un changement total de climat. Il est maintenant acceptable d’être antisémite. Cela a fait remonter à la surface les sentiments des gens », a dit Mme Blumenthal.

Bien que Corbyn et le Parti travailliste ne soient pas les seuls responsables de l’antisémitisme récent, ils ont une « grande part » dans son ascension, a-t-elle dit.

« Il n’y a pas que Jeremy Corbyn et tout le Parti travailliste. Mais c’est une partie très, très bruyante qui a en fait permis à cet antisémitisme de se propager ici au Royaume-Uni et de se répandre dans la société », a-t-elle précisé.

M. Lewis a expliqué que bien que l’antisémitisme ait été un phénomène marginal dans le passé, il a pris de l’ampleur à cause des réseaux sociaux.

« Les réseaux sociaux ont fait tant de mal », a-t-il dit. « Il y a quinze ans, il y avait encore de l’antisémitisme, mais c’était une chose obscure. Il y a quinze ans, quelqu’un a peint une croix gammée sur ma porte de garage à Manchester, c’était un message. Mais c’était quelque chose de ponctuel, quelque chose dont on pouvait presque en rire. Maintenant avec l’effet des réseaux sociaux, c’est presque tous les jours. »

M. Lewis, qui, dans une interview accordée au Times of Israel l’année dernière, a déclaré qu’il aimait s’attaquer aux trolls antisémites sur les réseaux sociaux, a également déclaré avoir été victime d’antisémitisme quand il a voulu soulever cette question.

« Si vous vous plaignez d’antisémitisme, la chose la plus antisémite vous est dite en retour : Vous inventez, c’est une calomnie, vous n’avez même pas le droit de vous plaindre », explique-t-il.

Il a dit avoir été submergé de messages de haine de la part de « gens qui prétendent représenter [le groupe de soutien populaire de Corbyn] Momentum, qui prétendent représenter le Parti travailliste ».

L’avocat Mark Lewis se rend à une enquête sur l’éthique des médias à la Royal Courts of Justice au centre de Londres, le jeudi 24 novembre 2011. (AP/Lefteris Pitarakis)

Expliquant leur décision de déménager en Israël, Lewis a dit : « Il y a une limite à ce que l’on peut supporter ».

« Les insultes en ligne pourraient continuer, les Israéliens pourraient ne pas m’aimer parce que je suis trop à gauche, ne pas m’aimer parce qu’ils pensent que j’ai trop raison, quelle que soit leur opinion. Mais ils ne vont pas me détester parce que je suis juif. Et il y a une limite à ce que l’on peut supporter – quand on reçoit des menaces de mort. »

« Quand vous recevez des menaces de la part de gens qui veulent vous voir malade, etc. C’est un effet de goutte à goutte », explique Lewis, qui souffre de sclérose en plaques. « Et vous vous dites : ‘En fait, ça suffit, trop c’est trop’ ».

En réponse à l’interview du couple, un porte-parole du Parti travailliste a déclaré que M. Corbyn est un « opposant militant » de l’antisémitisme et s’est engagé à l’éradiquer du parti.

Le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn prend la parole au Festival des martyrs de Tolpuddle, en Angleterre, le 22 juillet 2018. (Ben Birchall/PA via AP)

Mme Blumenthal a toutefois déclaré qu’elle ne croyait pas à l’engagement exprimé par M. Corbyn de s’attaquer aux problèmes de l’antisémitisme au sein du Parti travailliste.

« Les mots ne valent rien. Je crois honnêtement que lorsque j’entends les paroles de Jeremy Corbyn, elles sont bon marché, ce sont des excuses, elles n’expriment pas vraiment ses véritables sentiments. Je ne le crois pas », dit-elle.

En août, M. Corbyn a fait l’objet de nouvelles critiques après la publication par le Daily Mail de photos de lui tenant une couronne lors d’une cérémonie en 2014 dans un cimetière en Tunisie. Il ressort des clichés où Corbyn se tenait près des tombes des terroristes palestiniens impliqués dans le massacre de 11 athlètes israéliens lors des Jeux olympiques de Munich en 1972.

Ce scandale n’est que le dernier d’une longue crise pour le Parti travailliste, avec un flot constant de membres et d’éminents fonctionnaires exclus ou sanctionnés pour leurs propos antisémites et virulents contre Israël, et Corbyn lui-même, accusé de tolérer et/ou de participer à ce phénomène.

Cette situation a donné lieu à des récriminations de la part de rabbins, dont le grand rabbin de Grande-Bretagne, ainsi que de certains députés travaillistes, qui ont accusé le parti et son chef de ne pas être en mesure ou désireux d’éliminer de manière décisive les membres et les sentiments antisémites des rangs travaillistes.

6 décembre 2018, 14:1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *