Manifestation contre l’islamophobie : quand la gauche abandonne le drapeau rouge pour le drapeau vert…

Décryptages » Manifestation contre l’islamophobie : quand la gauche abandonne le drapeau rouge pour le drapeau vert…POLITIQUE06 novembre 2019

ATTENTION PEINTURE FRAÎCHE !Les couleurs sont variables. L’une s’est effacée, l’autre s’affiche. 

Avec Benoît Rayski

Le drapeau rouge a un passé qui fut souvent glorieux. On le voyait sur les barricades du XIXe siècle et dans les défilés du Front populaire.  Puis il a perdu de son éclat. Son rouge vif est devenu délavé. Et un peu plus tard le drapeau s’est transformé en guenille.

C’est cette guenille-là qui se traînera le 10 novembre à la manifestation contre l’islamophobie. Ils seront tous là. Mélenchon, Hamon, Chassaigne du Parti communiste, Besancenot, Martinez de la CGT, des élus de la France Insoumise, des députés communistes. Du prolétariat disparu ils ont fait leur deuil. Et ils ont choisi un prophète qui n’a de commun avec Marx que la barbe.

Il faut rajouter à cette liste rouge-verte Yannick Jadot. Mais lui il est encore plus à sa place que les autres car il est Vert. Vert de la couleur des bannières qui flottent en Arabie saoudite au Qatar, au Yémen et en Iran. Ce vert est jeune, lumineux et conquérant. Et les ex-rouges l’ont choisi pour être leur élixir de jouvence.

Ils étaient de tradition laïque, anti-cléricale, athée. Ils étaient… Et avec qui vont-ils défiler ? Avec le CCIF, une officine islamiste affiliée aux Frères musulmans. Avec Marwan Muhammad, disciple de Tariq Ramadan, qui a dit de lui qu’il était « son jeune frère ». Avec Islam Info, Dômes et minarets.

Pour fournir la piétaille des cités, il y aura aussi « Justice pour Adama », « Urgence la police assassine » et différents collectifs baptisés « anti-racistes ». Le tout rameuté avec le puissant soutien du Bondy Blog et d’Oumma.com.

Mélenchon, Martinez, Besancenot, Jadot etc… ne craignent pas les mauvaises fréquentations. Au contraire, ils les sollicitent. Car leurs corps fatigués ont besoin de chair fraîche pour retrouver un peu de force. Et les voix qui entonnent « Allah akbar » sont tellement, tellement vigoureuses et juvéniles…

Par habitude, ils continueront à chantonner l’Internationale. Mais comme ils chevrotent et qu’ils sont effleurés par Alzheimer ils la chantent à l’envers : « nous étions tout, soyons rien ». Une pitoyable et pathétique pantalonnade. Un homme, un seul, a sauvé l’honneur de la gauche en dénonçant ce « renoncement ». Il réside à Barcelone. Et s’appelle Manuel Valls.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *