Oxfam : les abus sexuels dans les ONG antisionistes©

Les abus sexuels dans les ONG adeptes du dénigrement d’Israël

image: http://www.jforum.fr/wp-content/uploads/2018/03/t%C3%A9l%C3%A9chargement-54-300×168.jpg

Le comportement pervers d’employés de la principale association caritative britannique, Oxfam – faisant partie d’Oxfam International – a récemment fait les grands titres dans les médias internationaux. Au cours des dernières semaines, ces commentaires se sont amplifiés pour déboucher sur un véritable scandale, dont on ne pourra mentionner que certains aspects ici. Beaucoup d’autres organisations sont impliqués dans des formes d’abus similaires.

L’information initiale concernait la dissimulation de l’usage de prostituées par des membres de la mission humanitaire Oxfam en Haïti, après le tremblement de terre de 2010. L’organisme caritatif a mené une enquête interne en 2011, qui ont débouché sur la démission de trois membres d’équipe et le renvoi de quatre employés[1].

Le scandale d’Oxfam n’est qu’apparemment sans relation avec Israël. Comme NGO Monitor l’a révélé en détail, Oxfam International et les branches au Royaume-Uni,[2] aux Pays-Bas[3] et en Belgique[4] incitent fréquemment contre Israël. Les organisations qui accusent Israël de tout ce qui va mal à Gaza ne doivent pas être simplement considérés comme des adversaires politiques. La façon dont ils politisent leurs actions d’aide les transforme en ennemis à mi-temps.

Le comportement pervers d’ennemis à mi-temps devrait être autant rendu public que celui d’auteurs d’actes pervers chroniques. Les cascades de comportements répréhensibles de la part de membres d’Oxfam sont décrits au grand public, dans les rapports détaillés sur le scandale d’Haïti, depuis sept ans. C’était le secret le mieux partagé du monde. La patronne de l’association caritative-sœur sise en Hollande, Oxfam Novib, a reconnu avoir eu accès à ce rapport dès 2012 et a déclaré qu’elle l’avait partagé avec le Ministère hollandais des Affaires étrangères et la Cour des Comptes nationale[5].

Comme il est plus qu’improbable que le groupe caritatif Oxfam, même après ce scandale, ne s’abstienne brusquement de diffamer Israël, il est important de rendre publique la nature de ce qu’on connaît jusqu’à présent sur cet organisme. Une femme haïtienne s’est présentée pour déclarer que le directeur de mission d’Oxfam avait des relations sexuelles avec elle deux fois par semaines contre de l’argent, alors qu’elle n’avait que 16 ans[6]. Ila y a aussi des accusations d’abus sexuels répétés par des membres d’Oxfam au Tchad et au Sud-Soudan[7]. L’un des employés renvoyés en 2011 pour abus sexuel en Haïti a été ré-embauché par Oxfam pour une mission en Ethiopie[8].

Une personne qui a travaillé pour Oxfam, en Indonésie, après le Tsunami de 2004 a décrit la culture des travailleurs sociaux de cet organisme. Il a déclaré qu’alors qu’on pouvait sentir l’odeur des cadavres dans l’air, Oxfam avait ouvert un bar sur le toit de leur bâtiment. Les travailleurs de toutes les autres organisations d’aide s’agglutinaient là pour boire la nuit entière[9].

La responsable exécutive-adjointe d’Oxfam, Penny Lawrence, a démissionné en 2018, dans le but de prendre sur elle la responsabilité de tout ce qu’elle savait déjà dès 2011. Une autre directrice exécutive d’Oxfam, Helen Evans, a démissionné en disant qu’il se déroule aussi des abus sexuels à l’intérieur même des boutiques d’Oxfam au Royaume-Uni[10]. Sous la pression, Oxfam a, à présent, publié le rapport de 2011 sur le scandale d’Haïti, qui déclare que trois des hommes accusés de comportements sexuels “inadaptés”, ont physiquement menacé les témoins au cours de l’enquête[11].

Helen Evans

Le Président d’Haïté, Jovenel Moise,  a déclaré que le scandale d’Oxfam n’est jamais que le sommet de l’Iceberg”. Il a ajouté que d’autres organismes caritatifs devaient aussi faire l’objet d’enquêtes pour s’être livré à de la prostitution masquée et autres délits sexuels, à la suite du tremblement de terre de 2010[12].

Un rapport émis par Save The Children en 2007, avait déjà alerté Oxfam, parmi tant d’autres œuvres caritatives des abus sexuels massifs de locaux commis par les agences de l’ONU, les employés de gouvernements et d’ONG dans certains pays africains[13]. La Ministre britannique, Penny Mordaunt, Secrétaire au Développement International, a accusé Oxfam de trahison complète de la confiance placée en cette organisation[14].

Il y a un autre aspect de cette question sur lequel on n’a pas insisté. Oxfam a reçu d’importantes récompenses et subventions de la part de l’union Européenne et de divers gouvernements, dont le gouvernement britannique. La Ministre Mordaunt s’est, maintenant, mise d’accord avec Oxfam que l’organisation ne soumettrait pas sa candidature pour de nouveaux financements d’Etat, jusqu’à ce que son département “soit satisfait de son atteinte des hauts niveaux de normes qu’in est en droit d’attendre d’elle[15]“.

Quand Oxfam se sera sorti de cette situation déshonorante, on pourrait espérer que les gouvernements ne rendront de nouveaux financements disponibles qu’à la condition que cette organisation se limite à des activités d’aide sans la moindre incitation politique. Dans les années passées, dans les faits, plusieurs gouvernements européens et l’Union Européenne ont, indirectement, par l’entremise d’Oxfam, financé l’incitation à la haine contre Israël.

On a aussi découvert que plus de 120 équipes appartenant à des associations caritatives internationales ont été limogées ou ont perdu leur travail en 2017, à cause de comportements d’abus sexuels. Justin Forsythe, l’ancien directeur-exécutif de Save The Children, a démissionné de son poste de Directeur exécutif adjoint de l’UNICEF.

Il l’a fait après avoir reconnu avoir fait des “commentaires inconvenants et irréfléchis à trois jeunes femmes, membres de l’équipe de Save The Children[16]. Cet organisme charitable a aussi fait de l’incitation à la haine contre Israël en maintes occasions[17].

Le groupe d’aide internationale, Médecins Sans Frontières, a annoncé qu’il traite 24 dossiers de harcèlement sexuel et qu’il a limogé 19 personnes en 2017[18]. Cette organisation a aussi fait de l’incitation anti-israélienne gratuite[19]. Le Comité International de la Croix-Rouge dit que 21 membres de ses équipes ont été limogés ou ont dû démissionner pour avoir payer des services sexuels depuis 2015[20].

Une enquête menée par le Guardian a découvert les énormes échecs des Nations-Unis, en ce qui concerne le traitement des plaintes d’employées dans ses bureaux, sur toute la surface du globe, concernant le harcèlement sexuel. Partout, la culture du silence et de la dissimulation prévaut[21].

Tout ce qui est mentionné ci-dessus reste, cependant, encore bien pâle, face au comportement de certaines des troupes des casques bleus de l’ONU. Comme l’a déjà souligné cet auteur, en 2012, il existe de nombreux exemples de crimes extrêmement graves commis par des casques bleus de l’ONU, dont des meurtres perpétrés par des soldts appartenant à diverses nations[22].

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

En savoir plus sur http://www.jforum.fr/oxfam-les-abus-sexuels-dans-les-ong-antisionistes.html#VkYfQHzOe4uEzJds.99

Coef :http://www.jforum.fr/oxfam-les-abus-sexuels-dans-les-ong-antisionistes.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *