Schiappa qualifie de « criminelles » les déclarations d’un responsable du CFCM sur l’affaire Mila

Abdallah Zekri, délégué du général du CFCM, avait réagi à propos de l’affaire Mila, l’adolescente menacée de mort pour avoir critiqué l’islam, en estimant qu’elle l’avait « cherché ».

Par L’Obs avec AFP

L’affaire Mila continue de faire réagir, jusqu’au gouvernement. Ce mardi 28 janvier, sur France-Inter, la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a qualifié de « criminelles » les déclarations du délégué général du Conseil français du Culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, contre la jeune Mila, une lycéenne qui avait tenu des propos hostiles à l’islam dans une vidéo.

Le responsable de l’institution représentative des mosquées, tout en se disant « contre » le fait que cette adolescente de l’Isère ait été menacée de mort sur les réseaux sociaux, avait estimé vendredi : « Qui sème le vent récolte la tempête. »

« Elle l’a cherché, elle assume. Les propos qu’elle a tenus, les insultes qu’elle a tenues, je ne peux pas les accepter », avait-il dit sur Sud Radio.

Ces mots sont « indignes d’un responsable, qui est un leader d’opinion et qui a une parole dans le débat public », a déclaré Marléne Shiappa sur l’antenne de France-Inter, rappelant que « s’adonner à du cyberharcèlement en meute » constitue « un délit ».Affaire Mila : où sont les voix de gauche ?

Ouverture de deux enquêtes

Dans un message diffusé sur Twitter après les propos d’Abdallah Zekri, le nouveau président du CFCM, Mohammed Moussaoui, avait pour sa part souligné que « rien ne saurait justifier les menaces de mort à l’égard d’une personne ».

« C’est la justice qui doit prononcer les sanctions prévues par la loi s’il y a provocation et incitation à la haine », avait-il ajouté.

Le parquet de Vienne (Isère) a ouvert deux enquêtes dans l’affaire de la jeune Mila, qui a dû être déscolarisée après un déferlement de menaces de mort.

L’une, « ouverte du chef de provocation à la haine raciale », a pour but « de vérifier si les propos tenus sur la vidéo diffusée » par la jeune fille « sont de nature à recouvrir une qualification pénale ou s’inscrivent dans la liberté d’expression reconnue à chacun ».

L’autre, « ouverte du chef de menaces de mort, menace de commettre un crime, harcèlement » notamment, s’attache à retrouver et poursuivre les auteurs de ces faits « gravement attentatoires à l’intégrité » de l’adolescente, selon le parquet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *