Thaïlande – Les enfants sauvés grâce à la Technologie israélienne à la rescousse

Thaïlande : l’innovation israélienne à la rescousse

De fortes pluies ont frappé le nord de la Thaïlande samedi, aggravant les conditions dans la grotte où les sauveteurs menaient une “guerre contre l’eau et le temps” pour sauver les 12 garçons pris au piège et leur entraîneur de football.
La pluie pourrait potentiellement retarder les progrès réalisés au cours de la dernière semaine pour drainer la grotte Tham Luang dans la province du nord de Chiang Rai.

Avec l’abaissement des niveaux d’oxygène et la prévision des pluies, il ne reste plus beaucoup de temps pour apprendre aux garçons – certains âgés de 11 ans et moins – à plonger dans des passages étroits et gorgés d’eau qui défieraient les spéléologues expérimentés.
L’occasion pour un sauvetage pourrait venir dans les trois ou quatre prochains jours, a déclaré samedi le responsable de l’opération de sauvetage.

L’Ambassadeur d’Israël en Thaïlande Meir Shlomo s’est rendu sur le site samedi pour voir si et comment Israël pourrait aider dans les opérations de sauvetage.

“Le Premier ministre Benjamin Netanyahu m’a demandé de venir voir comment Israël pouvait aider son ami la Thaïlande”, a-t-il dit.

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que l’Ambassadeur Shlomo s’est rendu sur les lieux pour entendre les autorités thaïlandaises sur leurs besoins, et que Jérusalem offrira son aide selon les besoins des autorités.

Les secouristes et l’aide humanitaire sont arrivés d’au moins six pays – y compris les États-Unis et Israël.

La société israélienne Maxtech Networks, a très vite proposé son aide. La Technologie de Maxtech Networks permet la communication mobile dans des endroits où il n’y a pas de réseaux de téléphonie cellulaire.

Dès qu’ils ont entendu parler de la mission, les employés de l’entreprise ont rassemblé tout l’équipement nécessaire et ont sauté dans un avion en direction de la Thaïlande. Le fondateur et PDG de la société est Uzi Hanuni, un serial entrepreneur israélien et ancien élève de l’Université hébraïque. “Nous n’avons pas réfléchi – juste à sauver la vie de ces enfants”, a-t-il dit.

“Nous avons compris que la seule façon, pour les équipes de secours que vous voyez là, d’entrer dans cette caverne profonde est d’utiliser une communication résiliente et efficace pouvant résister dans cet environnement difficile.”
Yuval Zalmanov, un ingénieur de Maxtech, a été intégré à l’équipe de secours pour les aider à apprendre comment utiliser les appareils de communication. “Il a décidé de prendre l’entière responsabilité de cette mission “, a expliqué Hanuni.

L’appareil, qui ressemble à un simple talkie-walkie, est tout sauf simple. Un algorithme high-tech est construit à l’intérieur de l’appareil. Les secouristes n’ont pas besoin d’une ligne de vue directe et peuvent communiquer entre eux jusqu’à environ 3 kilomètres 20 de distance.

Les startups israéliennes interviennent régulièrement suite à des catastrophes naturelles. En septembre 2017, une compagnie appelée Camero s’était précipitée sur les lieux après un séisme dévastateur au Mexique. Leur dispositif permet aux premiers intervenants de voir s’il y a des gens sous les décombres et où ils sont situés. En outre, le système offre une capacité unique de cartographier la forme générale de la pièce, derrière le mur ou sous des plafonds repliés, avec une sensibilité élevée pour la détection d’objets vivants immobiles. Il peut pénétrer à travers le ciment, le plâtre, la brique, le béton, les cloisons sèches et d’autres matériaux de construction standard.
Amir Beeri, diplômé de l’Université de Tel Aviv en Israël, est le PDG et co-fondateur de l’entreprise. “Cela change le jeu”, a-t-il dit. “Une fois que vous pouvez voir à travers les murs, vous pouvez sauver des vies et vous pouvez faire les choses beaucoup plus efficacement.”

Une deuxième entreprise technologique israélienne. Radwin, un fournisseur israélien de solutions sans fil haut débit point à point, a fait don de son équipement sans fil pour participer à la mission de sauvetage peu de temps après son annonce.

Une équipe du bureau de Radwin à Bangkok, dirigée par l’employé local Thanadon Mankong, a été déployée dans la zone des grottes, offrant l’équipement de Radwin pour établir une infrastructure de réseau sans fil. La compagnie affirme que cela a permis la coordination des opérations de sauvetage par les différentes forces dans la région.


Tandis que la technologie de Radwin fournissait une forme de communication d’urgence, elle n’était pas utilisée à l’intérieur du système de caverne pour aider à trouver les garçons. Selon Ofer Nagar, directeur général de Radwin en Asie du Nord, la société a mis en place un réseau sans fil pour aider le grand nombre de forces sur le terrain à communiquer dans une zone avec peu ou pas de connectivité.

Avec de nombreuses inondations dans la région dues aux fortes pluies et à la concentration soudaine de nouvelles personnes dans la région, les fibres électriques sous la terre et les réseaux cellulaires dans les tours, qui établissent la communication quotidienne, sont facilement endommagés, explique Nagar . “Nous avons fourni la connectivité de sauvegarde sans fil aux forces de police locales pour leur permettre d’être connectées du site au point de communication le plus proche”, explique Nagar.

Dès qu’il était sur place, Mankong a aidé à établir l’infrastructure sans fil de Radwin aux forces de police locales qui soutiennent les opérateurs de sauvetage, y compris les forces spéciales thaïlandaises SEAL et les plongeurs internationaux du monde entier, car ils utilisaient la technologie de communication de l’entreprise pour coordonner leurs activités. .

Quant à l’équipe de football piégée dans la grotte en Thaïlande, le temps est compté. “Nous croyons qu’il n’y a qu’une courte pause dans la mousson et toutes les options possibles pour le sauvetage des garçons sont envisagées”, a déclaré Bill Whitehouse du British Cave Rescue Council, qui aide à mener la mission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *