Tribune controversée du SAF sur la revue du Barreau de Marseille Réponse du Bâtonnier de Marseille au BNVCA

Le BNVCA accueille avec satisfaction la déclaration suivante de Mme Geneviève Maillet Bâtonnier du Barreau de Marseille qui réagit à notre protestation suscitée par la publication d’une tribune mensongère et controversée,du SAF sur la Revue du Barreau incitative  à la haine et à l’antisémitisme ainsi qu’à l’apologie du terrorisme.

Sammy Ghozlan.

Monsieur le Président,

 J’ai pris bonne note de votre communiqué en date du 18 novembre 2018 et souhaite vous informer que le Barreau de Marseille a pris ses dispositions en interne. Vous trouverez ci-après la communication que nous avons adressée dès le 13 novembre à l’ensemble des avocats du Barreau de Marseille.

 Je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Président, l’expression de ma considération la meilleure.

 Le Bâtonnier
Geneviève Maillet

 

 

Mes chers confrères,

 

En ma qualité de bâtonnier de l’ordre des avocats du Barreau de Marseille, mon attention a particulièrement été attirée par un article publié par l’une des organisations syndicales de notre Barreau dans le cadre de la tribune « la parole aux syndicats » de la 3ème édition trimestrielle de notre Journal du Barreau de l’année 2018.

 

Devant l’émoi suscité, je me suis naturellement empressée de questionner et de demander des explications aux responsables de l’organisation syndicale concernée.

 

Par écrit, ce syndicat a reconnu les erreurs contenues dans son article. Il les a expliquées par le caractère erroné des sources qu’il pensait pourtant fiables.

 

Ce syndicat a également précisé que : « Cet article n’avait pas été dicté par des considérations géopolitiques très complexes… », confirmant que ce n’était ni sa vocation statutaire, ni la volonté de ses membres.

 

J’ai pris acte de ce recentrage.

 

A l’avenir, je demande que chacun comprenne bien quel est l’intérêt et la vocation de ce journal. Il doit être un élément d’information et de communication dans un cadre professionnel.

 

Dans le prolongement de cette première difficulté, beaucoup de confrères ont cru devoir échanger sur les réseaux sociaux. Je regrette d’être obligée ici de rappeler les principes essentiels de notre profession, à savoir d’une part ceux résultant de notre serment :

« Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité »

Mais aussi, d’autre part,  les principes qui en résultent

« Confraternité, courtoisie, délicatesse et modération »

 

Je reste inquiète et vigilante quant aux répercussions que peuvent avoir les déclarations incontrôlées, faites désormais par certains de nos confrères sur différents supports, tribunes ou media.

 

La communication est un enjeu majeur pour l’avenir et l’image d’unité de notre Barreau.

 

Es qualité, j’appelle donc tous les confrères à respecter les principes de base qui doivent régir nos relations.

 

J’exhorte les confrères, et notamment tous ceux qui exercent des responsabilités au sein du Barreau à respecter plus encore ces principes élémentaires, au titre de leur devoir d’exemplarité, et de les faire appliquer avec rigueur.

 

Pour information, l’auteur des communications litigieuses incriminées, exerçant des responsabilités essentielles de formation, a répondu à mes interrogations par un courrier dans lequel il m’a adressé ses excuses, et m’a proposé de les transmettre à l’ensemble des membres du Barreau pour « avoir une telle part de responsabilité dans ce qui le déchire aujourd’hui ».

 

Je me dois ici, de rappeler l’importance de l’avocat dans la cité et les répercussions en cascade que peuvent provoquer nos déclarations.

En l’occurrence, la situation a dépassé le cadre de l’intimité de notre Barreau. J’ai eu à répondre pour nous tous, dans une période particulièrement difficile, comme l’actualité en témoigne.

Nous, avocats, qui connaissons le poids des mots, la force de la parole, soyons des communicants responsables.

 

Ne mêlons pas notre voix à ceux qui incitent à la violence, préservons nos fondamentaux et notre unité.

 

Le Bâtonnier
Geneviève MAILLET

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *